Publié le 13 Février 2017

Ce qui est intéressant dans la candidature d'Emmanuel Macron c'est cette volonté d'abord de placer la France dans la marche du monde.

Trop de candidatures, à gauche ou à l'extrême droite, ne sont axées que sur l'idée de protéger la France ... dans une vision très hexagonale de crainte de l'évolution du monde.  Pourtant la France s'en tire très bien,  elle n'est pas plus menacée que les autres ... La mondialisation réduit les distances, permet davantage d'échanges à tous les niveaux. Elle offre de nouveaux défis. Elle peut être utile pour diffuser des savoirs, des technologies, des idées ...  La France n'a pas à avoir peur de ce nouveau monde. La France ne peut pas s'isoler, édifier des murs de protection, s'enfermer dans la crainte, chercher des solutions à l'écart de cette marche du monde.
La France est bien plus utile lorsqu'elle organise la conférence sur le climat à Paris pour construire des solutions à l'échelle de le planète et permettre ainsi un accord international.
Les Etats-Unis offrent d'ailleurs  l'image,  avec Trump, de ce qu'il ne faut pas faire ... à gauche ou à droite ! Nous n'avons pas besoin de murs ... Ouvrons les yeux sur le monde, la France n'est pas seule ! 

Par contre, n'oublions pas  la situation de beaucoup de Françaises et de Français.  Trop d'entre eux souffrent en effet réellement des inégalités dans notre société contemporaine d'abondance. Le chômage de masse, la pauvreté, la précarisation, l'exclusion sont des fléaux. Marine Le Pen se fortifie sur ce malheur en opposant et divisant les souffrances. Pourtant le jeune de banlieue  né en France de parents immigrés connaît le même drame que ce jeune au chômage, de parents nés en France, dans une ville autrefois industrielle.
Il ne s'agit donc pas de perdre à l'esprit cette volonté d'égalité qui est l'âme de la gauche. Placer la France dans la marche du monde ne suffit pas si on ne répond pas à ce drame des inégalités en France.
Cette marche vers l'égalité est essentielle. Beaucoup d'initiatives dans la société se développent, des associations s'activent pour donner à notre société une forme plus humaine. Il faut les associer. L'Etat doit s'appuyer sur ces forces vives.

J'attends donc encore des réponses sur ce que nous voulons construire ensemble ... La France en marche dans le monde OUI mais si c'est en acceptant de laisser croître les inégalités c'est NON ...

Ce qui m'intéresse dans une campagne présidentielle, ce n'est pas de suivre un parti aveuglément... mais de réfléchir à notre avenir commun.
Benoît Hamon a créé une dynamique pendant l'élection des Primaires ... mais il peine maintenant visiblement à construire un réel programme de gouvernement pour la France. Les combinaisons d'appareils ne suffiront pas. Il faut autre chose. Un Président doit être capable de donner une vision claire. C'est tout l'enjeu ... et pour l'instant je ne vois pas de réponse à la hauteur ... Avant d'entrer dans des négociations d'appareil, il convient d'abord de réfléchir sérieusement sur ce que l'on veut construire pour le pays. J'entends plein de petits bouts de programme ... un catalogue de bonnes intentions comme d'habitute ... mais l'enjeu est bien plus grand.
Lors du dernier conseil fédéral à Paris j'ai entendu, avec consternation, l'idée qu'il fallait avant tout gagner avec Benoît et que le reste n'avait pas d'importance ... Est-ce vraiment sérieux ? Pour moi c'est "le reste" qui est essentiel ... ce ne sont pas les combinaisons d'appareils politiques pour gagner des postes qui sont importantes. Ce qui est bien plus  important : c'est d'échanger avec nos différences pour regarder ce que nous voulons construire ensemble, en acceptant ces différences, parce que ce que nous voulons construire est bien plus grand que ces différences.
Ne me demandez de choisir pour l'instant entre Macron et Hamon ... car ce n'est pas un choix d'un Homme, d'un Parti seulement, c'est le choix d'une vision pour la France. Et pour l'instant, je ne me sens pas en marche, je ne sens pas battre mon coeur ...
Et pourtant, j'aimerais être en marche dans ce monde et sentir battre mon cœur ...
 
Philippe Allard
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 9 Février 2017

Socialiste réformiste, je me sens profondément de gauche. Mais, pour la première fois j'hésite sur le vote du premier tour de l'élection présidentielle.
 
Le programme de Benoît Hamon cadre-t-il avec mon engagement socialiste ?

Certes Benoît Hamon a créé, durant la Primaire de la Belle alliance, une réelle dynamique ... mais à observer les résultats, on s'aperçoit qu'il a surtout réussi à capter les voix de Jean-Luc Mélenchon. Avec ce rapprochement, le socialisme s'orienterait dans un combat mondial pour proposer une alternative au monde libéral.  La France serait capable de promouvoir une autre société moins capitaliste, plus respectueuse de l'environnement. Un projet ambitieux, avec les femmes et les hommes portant cette volonté dans le monde, un projet séduisant pour une partie de la jeunesse dans l'espoir d'une possible transformation ... pourquoi pas ?  Reste l'essentiel, comment permettre cette mutation et comment fonctionnerait cette société ? Le programme de Benoît Hamon est-il aujourd'hui assez travaillé et clair pour porter ce futur désirable ? Un désir c'est déjà beaucoup, ne ruinons pas cette espérance, mais dans une campagne présidentielle on attend aussi un désir possible.

Certes Benoît Hamon replace le social au cœur de l'engagement à gauche, c'est un point positif et à soutenir face à la casse proposée par la droite de Fillon. C'est sans doute ce qui a manqué durant le quinquennat de François Hollande : une personnalité assez forte pour incarner cet engagement social de la gauche. Des réalisations ont été menées, ne l'oublions pas, mais il manquait une incarnation de cet engagement.  Cette volonté affirmée d'une politique de protection sociale pour la dignité de l'Homme c'est le combat de la gauche. Pour autant, le projet de Benoît Hamon peut soulever de fortes inquiétudes. La France est lourdement endettée, or plus la dette augmente, plus nous mettons notre pays à la merci de la finance internationale. Benoît Hamon propose de dépenser toujours plus, sans compter, sans soutien à l'activité des entreprises créatrices d'emplois, comment soutenir un tel projet ? Porter un projet social réclame aussi de la crédibilité.

Certes Benoît Hamon par sa personnalité incarne la volonté de rompre avec un modèle de République gaullienne qui a trop longtemps vécu. En 1958, en fondant la Vème République, De Gaulle a fait du Président de la République le père de la nation. On était encore dans une vision conservatrice et patriarcale ... on considérait qu'il fallait cette image du père pour mener la nation. La société a, depuis longtemps, progressé, mais les institutions n'ont pas changé. On demande encore à celui qui est candidat à l'élection présidentielle d'incarner cette image de l'autorité du père. Benoît Hamon s'y refuse et il a raison. Pour autant, après l'élection d'un Président normal peut-on se réduire à un Président banal ? Sortir d'une vision patriarcale ne veut pas dire d'accepter "monsieur tout le monde" à la tête de l'Etat.  Incarner la jeunesse, être candidat pour porter un projet, c'est bien mieux qu'une vision patriarcale .. mais trop de désinvolture c'est aller un peu loin. Porter un projet présidentiel réclame du sérieux. 
 
En somme, laissons le temps au temps ... la candidature de Benoît Hamon offre des orientations intéressantes mais elles doivent être encore travaillées. Le temps est court pour cela. A lui de s'en donner les moyens, il a l'intelligence pour corriger ce qui ne convient pas encore.
Une autre candidature est aussi possible, même si elle n'est pas socialiste, pour éviter à la France la droite ou l'extrême droite. Un autre projet proposé où la liberté redeviendrait une valeur de gauche pour redonner à notre pays un nouvel élan et permettre de répondre aux défis de notre temps dans un monde ouvert. Un projet basé sur l'initiative, la créativité, sans oublier la solidarité, une dynamique nouvelle s'appuyant sur une nouvelle organisation en construction avec l'engagement de citoyennes et de citoyens. Ne brisons pas cet enthousiasme nous en avons besoin.
 
Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 29 Janvier 2017

Nous avons vécu aujourd'hui une belle journée pour la grande famille de la Gauche avec les socialistes, les écologistes et les radicaux de gauche. Nous avons voté pour choisir démocratiquement l'homme et sa dynamique qui portera notre voix pour l'élection présidentielle.
Aucun autre candidat n'a ce soir la légitimité aussi forte que celle qu'apporte le vote du peuple. Benoît Hamon dispose d'une légitimé réelle, concrète bien plus forte que n'importe quel sondage.


Le peuple de gauche s'est exprimé et a donné à Benoît Hamon une belle victoire pour une belle alliance de la gauche. Il faut l'en féliciter. Il a réussi à créer une dynamique dans cette campagne utile pour notre famille politique.


Il faut aussi félicité le combat mené par Manuel Valls qui a porté dans cette élection le bilan d'un gouvernement. Demain j'en suis persuadé, le bilan sera mieux évalué an prenant en compte la situation difficile dans laquelle il a gouverné. C'est un homme d'Etat nous avons besoin de lui, de son expérience, de son engagement, de son sens des responsabilités.


Peuple de gauche, nous entrons maintenant dans une autre élection puisqu'il va falloir parler à l'ensemble des Françaises et des Français. Une nouvelle dynamique doit être lancée.
Les approches proposées ce soir trop fortement vers Jean-Luc Mélenchon ne sont pas à la hauteur de l'enjeu.
C'est à l'ensemble des Françaises et des Français qu'il faut s'adresser. On ne peut pas faire rêver en se plongeant déjà dans des règlements d'appareils politiques.


Benoît Hamon doit maintenant penser à la France, au peuple de France, et pas seulement à un courant politique. C'est ce qui va être le plus difficile : se détacher d'une simple appartenance pour construire quelque chose de bien plus grand pour parler à la France, pour incarner un peuple.

S'il a cette volonté pour toute la gauche et au-delà, s'il veut construire ce projet d'avenir pour le pays, il peut compter sur tout mon soutien.


Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

La gauche de gouvernement ne s'est pas suffisamment mobilisée lors du Premier tour des Primaires. Au contraire, Benoît Hamon a réussi à convaincre la gauche contestataire de voter en nombre dans un "tout sauf Valls" autant absurde que destructeur pour l'avenir de la gauche.
La gauche de gouvernement peut faire largement la différence lors du Second tour ce dimanche, car elle est bien plus nombreuse.


Le dernier débat entre les deux candidats, mercredi dernier, a permis de clarifier les deux projets entre Hamon et Valls avec leurs différences essentielles. On peut ainsi notamment opposer :
- Le projet irréaliste de Benoît Hamon dépensant sans compter pour répondre à toutes les demandes sans arbitrage. Face au projet de  Manuel Valls, conscient de la réalité du pouvoir, proposant avec réalisme en maîtrisant les dépenses.
- Le projet de Benoît Hamon acceptant de laisser filer la dette de la France, ce qui mettrait la France à la merci de la finance mondiale. Face au projet de Manuel Valls proposant de maîtriser la dette pour ne pas hypothéquer l'avenir de la jeunesse et pour éviter la dépendance des milieux financiers.
- Le projet de Benoît Hamon remettant en cause la valeur travail en s'appuyant sur quelques études partielles sur la fin du travail dans un avenir lointain. Face au projet de Manuel Valls investissant dans la création, l'innovation des entreprises pour répondre aux nouveaux défis économique et écologique, pour sortir d'un chômage de masse.

Les difficultés actuelles de François Fillon, le manque de connaissance du projet de Macron tout jeune candidat encore porté par la nouveauté, la campagne est loin d'être finie .... elle ne fait que commencer.

N'enterrons pas la gauche de gouvernement. Elle peut être très utile à notre pays.
Dimanche, mobilisons-nous !
Votons à notre tour pour Manuel VALLS !


Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0