De la motion 4 à la D !

Publié le 21 Mai 2015

Une constance sur une ligne politique … d’un congrès à l’autre, une même volonté, celle de construire un Parti Socialiste capable d’oser débattre, d’oser s’ouvrir sur la société, d’oser plus loin plus vite pour rechercher de nouvelles solutions aux problèmes qui se posent aujourd’hui, de répondre aux nouveaux enjeux.

 

Mandataire national au Congrès de Toulouse, j’avais eu l’honneur de déposer avec Pierre Larrouturou la motion 4 : oser plus loin plus vite, avec pour premier signataire Stéphane Hessel.

Déjà, lors de ce Congrès de Toulouse, se posait la question de la fidélité au gouvernement. Une motion de rassemblement s’était constituée autour d’Harlem Désir.

Quel est le bilan aujourd’hui de cette motion ? A-t-elle permis un réel rassemblement des socialistes ? A-t-elle permis de mettre notre parti au travail ? A-t-elle permis un renouveau ?

 

Avec les camarades de la motion 4, nous pensions qu’il fallait un autre fonctionnement du Parti Socialiste. Un parti qui ne soit pas simplement en soutien derrière le gouvernement, soutien imparfait d’ailleurs, puisque l’on entend davantage les désaccords que les soutiens. Nous proposions l’inverse : un parti en avant pour réfléchir et proposer des solutions permettant de voir plus loin.

Ainsi sur la question du chômage de masse, nous considérions qu’un taux de croissance un peu plus élevé ne permettrait pas une sortie du fléau du chômage. Il fallait donc mettre le parti au travail, avec les intellectuels, les syndicats, les militants compétents dans leur domaine, pour réfléchir à tout un ensemble de propositions et soutenir ainsi l’action gouvernementale.

A plusieurs reprises nous avons demandé à Harlem Désir d’ouvrir un grand débat sur cette question … mais ce fut un refus poli, il fallait se contenter de dire "je soutiens" !

 

Là est bien la différence de conception du soutien. Comment efficacement soutenir le gouvernement ? N’est-ce pas en se mettant au travail et en proposant !

 

C’est à nouveau le combat qu’il faut mener et il ne faut pas se résigner !

Le Parti Socialiste a la capacité de changer. Aux militantes et aux militants de porter cette volonté, ensemble nous pourrons faire de notre Parti une force de gauche dynamique en lien avec la société.

 

Ce qu'on nous propose n'est pas la solution. Relancer la vieille bataille des socialistes entre deux visions différentes de politique économique est-ce véritablement la solution ? En ouvrant cette bataille serons-nous plus forts ? Si un camp gagne contre un autre que ferons-nous ? Quelle sera la solution ?

C’est une guerre ravageuse et une perte de temps considérable. Plus les positionnements se radicalisent plus le rassemblement est difficile. Or nous avons besoin de tout le parti au travail. Sachons travailler et proposer ensemble pour construire un ordre plus juste de la société.

 

C’est le travail de la Fabrique ! Pour cela je vote motion D !

 

Philippe Allard

 

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article