Tenir bon dans la tempête …

Publié le 13 Novembre 2016

Tenir bon face aux barbaries …

Des courants extrémistes, en violant le nom d’un dieu,  œuvrent pour menacer la paix dans le monde, dominer les peuples, détruire les démocraties, imposer leur totalitarisme.

Alors que faut-il faire ? S’enfermer dans ses frontières et laisser la barbarie l’emporter ? Observer sans rien dire la douleur et les cris de ces familles à qui l’on impose un ordre moyenâgeux ?  

Le monde est si petit aujourd’hui, on ne peut pas rester indifférent. La France ne pouvait pas rester sans voix. Elle le paie cher aujourd’hui. Mais c’est un combat pour la liberté, ce droit essentiel de notre Déclaration des droits de l’Homme.

Combattre l’extrémisme mais sans extravagance, il est si facile de lancer les mots de guerre et de vengeance, de se donner les allures d’un guerrier. Ce n’est pas de cela dont il s’agit … mais seulement de mettre en avant ce qui fait France, cet amour de la liberté de l’Homme.

L’humain, c’est la réponse à tous les extrémismes.

 

Tenir face au bouleversement d’un monde nouveau …

Le monde est en mouvement, les pays du Sud émergent, avides de richesses, de technologies que leur fait miroiter un capitalisme sauvage, sans règle. Les anciennes puissances, qui dominaient hier le monde et puisaient ses richesses, subissent aujourd’hui la concurrence de ces nouveaux pays avec la désindustrialisation massive et violente.

Alors que faut-il faire ? S’enfermer dans ses frontières et se détourner du monde ? Remettre en cause notre modèle social pour accepter le règne du chacun pour soi et de l’argent roi ? Détruire nos cathédrales de fraternité construites dans les luttes et accepter les inégalités ? Se donner à des milliardaires et rêver de richesses dans des palais de verre ?

Le monde perd la tête, la France porte un idéal de justice, c’est notre plus belle identité, c’est cette fraternité qui fait France.

L’humain, c’est la réponse à tous les individualismes.

 

Tenir face à la montée des nationalismes …

Les peuples fuient la misère et la guerre. Ils sont nombreux sur les routes, ils s’entassent dans des campements, ils meurent aussi parfois à nos frontières.

Alors que faut-il faire ? On nous propose de fermer les frontières, de construire des murs pour opposer les peuples, de chasser la misère et d’oublier la fraternité. Les mots, les slogans sont violents pour laisser la haine nous envahir.

Il n’y aurait donc qu’une solution, chassons-les, laissons-les dans leur misère et leurs guerres qui ne sont pas les nôtres. Imposons le règne de l’égoïsme, ne regardons pas les souffrances du monde, cela ne nous regarde pas.  Nous sommes chez nous, qu’ils se débrouillent et qu’ils crèvent.

Mais ce n’est pas la France qui peut parler ainsi. On nous trompe. Il y a parfois des solutions à tenter, fermer un camp et accueillir dans nos villes et nos villages quelques familles, aider les pays les plus pauvres, intervenir pour faire renaître la paix. D’autres solutions sont possibles pour ne jamais oublier l’humanité.  

L’humain, c’est la réponse à tous les égoïsmes.

 

Monsieur le Président, vous avez tenu bon dans la tempête pour préserver cet esprit France.  

 

Monsieur le Président, on nous propose de remettre en cause nos valeurs fondamentales de tolérance, de justice et de fraternité.

 

Monsieur le Président, notre richesse c’est cette humanité que vous avez portée. On vous le reproche, mais vous n’avez pas cédé. Cet idéal d’humanité mérite de continuer le combat avec vous.

 

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article