Et maintenant …

Publié le 1 Décembre 2016

L’annonce du Président de la République ce soir de ne pas se représenter pour 2017 est un échec pour tous les socialistes.

Ce sont nos divisions qui ont produit cet échec. Ce sont ces divisions qui font que nous n’apparaissons pas capables de gouverner. Notre mode de fonctionnement en courant renforce les divisions en créant des clans. Lorsque nous sommes aux responsabilités ces clans nous empêchent de nous unir pour défendre notre action. Ces clans favorisent les clientèles et renforcent les ambitions personnelles.

Ce qui a surtout manqué durant ces cinq années, c’est un parti qui puisse expliquer la politique menée et convaincre, un parti qui donne de la force au Président de la République.

Au lieu de cela, les clans s’en sont donnés à cœur joie pour faire entendre leur différence et attaquer dès qu’une mesure était prise.

Pourtant, comme a pu le rappeler ce soir François Hollande, la politique menée avait pour but de redresser notre économie, de faire avancer notre société et de maintenir une protection sociale, de l’enrichir même. C’est une politique d’un gouvernement de gauche.

Alors que faire maintenant ?

Sera-t-on condamné à voir la gauche disparaître au premier tour puisqu’elle a été incapable de se rassembler ?

Sera-t-on condamné à un second tour Fillon/Le Pen entre une droite extrême et une extrême droite ?

Les élections récentes nous rappellent que rien n’est joué d’avance.

 

Il est clair qu’il y a pour nous socialistes qu’une solution honorable, celle de se rassembler derrière un candidat qui a occupé la fonction de Premier ministre, qui a ainsi acquis l’expérience de l’Etat et représente la gauche de gouvernement.

Il est clair en tout cas que, pour moi, celles et ceux qui, durant ces dernières années, ont par leurs attaques continuelles empêché le Président de la République de pouvoir défendre sa politique ne font pas partie de mes camarades. Ils sont pour moi les premiers responsables de notre échec. Socialiste, je ne les soutiendrai pas.

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article

BAILLERGEAU 02/12/2016 18:48

Ce soir est peut être le moment d'un constat, tardif mais incontournable à mes yeux. Le renoncement de François est de mon point de vue, l'annonce que la gauche de gouvernement n'est pas en mesure de gouverner seule. Les Communistes ont majoritairement fait le choix de pactiser avec Mélenchon qui aujourd'hui prospère sur des orientations idéologiques incompatibles avec celles d'une gauche de gouvernement. Que faire ? S'installer dans la position d'une gauche d'opposition réceptacle de toutes les contestations ? Nous ouvrir à une aide apportée par des républicains de droite qui ne veulent ni d'une déchirure de la société, ni des nationaux-socialistes.Le moment de la réflexion est venu - Nous avons 4 mois devant nous !