Manuel Valls : le choix de la raison.

Publié le 12 Décembre 2016

Ministre de l’intérieur, puis Premier ministre, ce sont des fonctions auxquelles on est nommé pour ses qualités personnelles, pour ses compétences, pour son sens des responsabilités, par le Président de la République.

Manuel Valls a été pendant près de trois ans, le Premier ministre de la France. Personne ne peut lui contesté son sens de l’Etat. La gauche ce n’est pas une utopie mais un choix de gouvernement.

Après le retrait de François Hollande, Manuel Valls apparaît comme le candidat de la raison à gauche pour la Présidence de la République.

Nous ne sommes pas dans un congrès du Parti Socialiste, avec ses querelles idéologiques, ses combinaisons d’appareil, ses candidatures d’artifice de dernières minutes. Les socialistes doivent être à la hauteur pour présenter un homme d’Etat capable de répondre aux enjeux actuels.

Il est loin d’être facile de gouverner aujourd’hui et nous avons besoin d’un engagement fort, d’autorité dans le dialogue, et de détermination pour aller jusqu’au bout des décisions à prendre et des réformes à mettre en place.

Le terrorisme menace notre pays, les matières premières se raréfient, la mondialisation renforce les batailles économiques, la planète est menacée par le réchauffement climatique, la situation est grave. La campagne des Présidentielles ne peut pas se limiter à une vision hexagonale. La France n’est pas seule. Nous avons besoin d’un homme d’Etat inscrivant la France dans le monde, avec d’un côté ses extraordinaires avancées notamment technologiques dues à l’accroissement des échanges et de l’autre ses menaces réelles.

La France est aussi menacée de l’intérieur, par l’extrême droite avec son nationalisme exacerbé et sa xénophobie, par le recadrage de la droite républicaine vers un libéralisme thatchérien rompant avec notre modèle social, par l’accroissement des inégalités territoriales, par les tensions communautaires. Nous avons besoin d’un homme d’Etat à la fois ferme dans son engagement pour maintenir notre République fraternelle et laïque, et déterminé pour donner du sens.

Un Président de la République, ce n’est pas un chef de clan, c’est un homme qui a la capacité de dépassement pour penser d’abord aux intérêts de son pays.

Un Président de la République, ce n’est pas un homme seul, c’est une équipe à mettre en place, un gouvernement pour agir en faisant appel d’abord aux compétences sur les dossiers.

La droite avec François Fillon a choisi l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, celui qui agissait sous sa coupe. Il voudrait aujourd’hui apparaître comme un décideur, capable de conduire une révolution libérale, quitte à faire mal. Est-ce crédible ? Est-ce la bonne voie pour notre pays ?

L’extrême droite avec Marine Le Pen a choisi la fille de … qui après avoir tué le père voudrait donner une image plus patriote d’un parti xénophobe et nationaliste. Est-ce une solution face aux enjeux ? Est-ce bon pour la France ?

La gauche doit faire le choix d’un homme d’Etat pour la France. Manuel Valls a cette dimension. Il lui faut maintenant donner une vision claire, s’entourer, écouter, et surtout à l’opposé de ses concurrents refuser la bataille des clans pour se consacrer seulement aux défis à relever pour la France.

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article