Un congrès du PS ou des Primaires ?

Publié le 14 Décembre 2016

La pré-campagne des Primaires est tout de même surprenante et on peut s’interroger sur l’objectif de ces Primaires de la gauche : sommes-nous dans un classique congrès du PS ou dans réellement la préparation de l’élection présidentielle ?

Certains considèrent-ils déjà que l’élection présidentielle est perdue et qu’il faut seulement mesurer, par cette Primaire, la force des clans pour des négociations de futurs postes ?

 

Il suffit de lire les propos hallucinants du frondeur Christian Paul pour saisir cette absurde orientation que certains voudraient donner aux Primaires :

« Pour l'instant, il y a deux candidats, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. S'ils ne se retrouvent pas avant le premier tour, ils se réuniront dans l'entre-deux-tours… On aurait sans doute gagné en dynamique s'il n'y avait eu qu'une seule candidature, mais la situation actuelle n'hypothèque en aucune façon nos chances de gagner la Primaire. Je pense d'ailleurs que notre courant peut totalement la gagner ! » Christian Paul.

Voilà … la phrase est dite … nous sommes bien, pour certains, dans une bataille de courants au sein du PS ! Les frondeurs ont deux candidats désignés. Ils espèrent réunir leur courant au deuxième tour, puisqu’ils n’ont pas été capables de le faire au premier. Les frondeurs ont été pris, en quelque sorte, dans leur propre machine de la division …

Mais alors, si cela n’est qu’un Congrès du PS, quelle raison auraient les françaises et les français de venir voter en nombre ?

Sans doute justement parce qu’il faut sortir la gauche de cette logique partisane de clans qui a conduit le Président de la République à renoncer pour ne pas donner ce spectacle affligeant de la gauche divisée.

La gauche de gouvernement ce n’est pas ces petites batailles entre clans fermés.

La gauche de gouvernement ce n’est pas le cirque de quelques frondeurs se mettant au-devant de la scène pour contester tout et jusqu’au bout, puis finalement nous détruire.

La gauche de gouvernement c’est d’abord cette capacité que nous avons à prendre les bonnes mesures pour le pays en gardant toujours, chevillée au corps, cette volonté de justice et de progrès pour tous.

Alors qu’une autre frange des courants du PS, avance une candidature de dernière minute, pour un Congrès à rebondissement, restons sereinement dans la préparation de ce qui nous concerne : l’élection présidentielle pour une confrontation sérieuse face à la droite et à l’extrême droite.

La bataille politique qui s'ouvre ce n'est pas une bataille entre clans du PS, mais une bataille face à la droite et à l'extrême droite pour l'avenir de la France.

Comme a pu l’indiquer Manuel Valls dans sa déclaration de candidature « rien n’est écrit ». A la gauche donc de se mobiliser, au peuple de gauche de venir en grand nombre pour dire aux frondeurs STOP nous voulons une gauche de gouvernement solide pour répondre aux enjeux du pays.

Stop aux petits clans qui nous paralysent. OUI à la gauche de gouvernement avec un candidat de gauche pour l’élection présidentielle !

Avec Manuel Valls portons cette gauche de gouvernement.

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article