Socialiste, je vote Macron !

Publié le 29 Mars 2017

Emmanuel Macron n’est pas le candidat du parti socialiste, mais le candidat de la majorité des socialistes qui voteront pour lui dès le premier tour, le dimanche 23 avril prochain. Il rassemble aujourd’hui des femmes et des hommes de la gauche et de la droite modérées pour réponde aux défis de notre temps. C’est une démarche nouvelle qui peut nous permettre de relancer l’Europe, de répondre à la mondialisation, et de mener une politique progressiste.

 

Ce vote est un choix de responsabilité dans le contexte politique, avec le risque d’un deuxième tour qui opposerait Marine le Pen à François Fillon, un choix inacceptable pour les socialistes.

La stratégie du candidat Benoît Hamon, conduit à l’échec. Il n’est pas en capacité aujourd’hui d’empêcher un deuxième tour entre une droite immorale et une extrême droite. C’est sa responsabilité qu’il doit assumer.

Emmanuel Macron par la dynamique qu’il a su créer, est aujourd’hui le candidat qui peut nous éviter de se retrouver face à ce choix.

 

La candidate de l’extrême droite et le candidat de la droite républicaine sont une réelle menace. Malgré ce qu’ils représentent, ils ont la capacité d’être au deuxième tour.

Le risque est donc grand de se retrouver le 23 avril à devoir voter pour Fillon afin d’éliminer l’extrême droite. Ce choix, les socialistes ne le veulent pas. Il faut donc être responsable dès le premier tour. L’enjeu n’est pas de sauver un parti mais de penser d’abord à la France. Si le PS continue à défendre son candidat dans une logique partisane, il faut aux socialistes défendre d’abord la République.

 

Ce choix du vote des socialistes pour Emmanuel Macron dès le premier tour, impose une refondation du Parti Socialiste. Il nous faut en effet, pour peser sur les choix politiques, bâtir un parti de gauche clairement social, réformiste et progressiste.

Depuis Jean Jaurès, les socialistes, contre une minorité, ont fait le choix d’assumer la responsabilité du pouvoir. Or, on a vu, avec les frondeurs, combien il était difficile de gouverner lorsque dans son propre parti une minorité s’oppose aux décisions affaiblissant le pouvoir socialiste.

 

Gouverner c’est accepter l’équilibre entre la production de richesses et la distribution pour une société plus juste. On ne peut pas se contenter avec démagogie de faire croire au peuple qu’on pourra seulement distribuer, que la dette est toujours possible et qu’on pourrait l’annuler. Gouverner réclame de la crédibilité et un sens des responsabilités.

Socialiste, c’est avoir cette indignation au cœur de soi, pour refuser un monde brutal, d’exploitation de l’homme par l’homme. C’est être attaché à cette idée de justice, de protection des plus faibles. C’est considéré que l’Etat, représentant le peuple, doit jouer un rôle pour l’humanité.

 

Je vote Emmanuel Macron et je suis socialiste !

 

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article