PS : l’heure du choix !

Publié le 24 Avril 2017

Le premier objectif du Parti Socialiste : c’est de mettre toutes ses forces dans la campagne qui s’ouvre pour faire battre largement l’extrême droite. Nous devons tout faire pour infliger à Marine Le Pen le score le plus bas possible. Cette bataille c’est la nôtre, c’est la bataille de toute la gauche, en s’opposant aux orientations de ce parti.

La xénophobie, la haine de l’Europe, la sortie de l’euro, les valeurs que portent la famille Le Pen ne sont pas les valeurs de la France. Etre patriote c’est voter contre le FN ! Cette campagne nous devons la mener sur le terrain.

Le second objectif du Parti Socialiste doit être de définir maintenant et clairement sa ligne politique. Avec 6% des voix, la ligne choisie par Benoît Hamon a conduit le parti à la déroute.  

Nous avons aujourd’hui trois voies possibles :

1 – Continuer à fermer les yeux et faire croire que nous pouvons encore conserver une alliance de façade pour se distribuer des postes, mais être totalement en désaccord sur la ligne politique à suivre. Quelle sera alors la politique du Parti socialiste dans une majorité avec Emmanuel Macron ? Devrons-nous à nouveau subir la politique destructrice d’une partie d’entre nous : les frondeurs ? Le Parti montrera-t-il encore l’image de sa division, de son incapacité à faire des choix clairs, avec une partie qui soutiendra et l’autre qui s’opposera. Pour moi c’est NON !

2 – Donner le Parti Socialiste à l’équipe de Benoît Hamon malgré le résultat catastrophique de sa ligne politique, et s’orienter vers une alliance avec Jean-Luc Mélenchon pour constituer une force politique de contestation d’un système mondial et de proposition d’une alternative. C’est une voie politique qui a un sens et qui est utile dans le débat politique. Mais c’est un choix clair à faire. C’est l’orientation portée aujourd’hui par la voix forte de Jean-Luc Mélenchon qui s’est imposé comme le leader de cette politique, mais ce n’est pas la mienne. Pour moi c’est NON !

3 – Refonder le Parti Socialiste pour clairement définir une et une seule orientation politique sur de grands axes : un parti de gouvernement acceptant le fonctionnement global de l’économie mais avec un part de régulation des Etats, un volontarisme pour porter la mutation écologique, une politique de justice sociale pour assurer la dignité au travail et le soutien aux plus démunis donc une part de redistribution, une politique d’éducation et de culture pour tous, un parti pro-européen et un parti progressiste. Là je dis OUI !

Si le Parti Socialiste ne fait pas le choix de son orientation maintenant, il ne survivra pas. La voie des frondeurs ne peut pas être celle du Parti Socialiste. L’heure du choix c’est maintenant ou jamais.

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article