Chut ! On se partage le gâteau …

Publié le 30 Mai 2017

Je n’ai rien dit jusqu’ici mais est-ce sérieux ? Est-ce tenable ?

A la lecture de la liste des candidatures présentées par le Parti Socialiste à Paris, comment ne pas s’interroger sur le fonctionnement de ce parti ? Comment peut-on laisser faire ? Comment ne pas s’indigner ?

Moi j’admire les camarades socialistes repartis sur le terrain pour distribuer des tracts et coller des affiches … je parle bien sûr des quelques vrais militants, très peu nombreux hélas, qui sont là par conviction et ne demandent pas à partager le gâteau !

Car c’est bien de la cuisine dont il s’agit, de la grande pâtisserie, avec de la farine, des œufs cassés, une bonne dose de beurre et beaucoup de sucre … !

Pendant cinq ans les socialistes se sont déchirés. Les frondeurs sont montés en première ligne et ont mené leur guerre d’usure contre le Président socialiste, épuisant le quinquennat de François Hollande qui n’a pas pu bénéficier d’un parti solide en ordre de Marche ! Pendant cinq ans, ils n’étaient donc d’accord sur rien … mais voilà qu’au moment de se partager les candidatures pour les législatives, les ennemis d’hier sont tout heureux de se retrouver autour de la table du grand festin pour faire la distribution des parts du gâteau en fonction du poids des motions internes.

Ce sont les petits arrangements ordinaires avec lesquels le Parti Socialiste tient encore et espère durer… on peut se combattre dans les idées mais au moment du partage des postes et des fonctions, on s’arrange !

Comment les Françaises et les Français peuvent-ils encore accepter ce type de fonctionnement ?

Ainsi, dans la 11èmecirconscription de Paris, le Parti Socialiste présente la candidature de Pascal Cherki. Durant cinq ans, il s’est opposé dans des termes durs, violents même parfois contre le Président de la République socialiste et contre ses gouvernements …Mais pas de problème, tout s’arrange et chut … il sera candidat et annonce fièrement qu’il sera un opposant au Président de la République avec son courant.

Quelle logique à tout ça …. dans la 18è circonscription, les socialistes voteront et feront campagne pour Myriam El Khomery … et dans la 11è pour l’un de ses farouches adversaires Pascal Cherki, dont le chef de son courant au P.S soutient le candidat communiste contre El Khomery !

Tout cela est bien sûr très clair … et celui qui ose s’en alarmer est considéré comme un traitre socialiste ! Il faut se taire … allez militant, on ne bronche pas … allez électrices et électeurs socialistes, le Parti vous invite à voter pour une idée et son contraire … mais où est le problème ?

Alors je sais certains me diront mais il faut voter à gauche, il faut voter socialiste, on verra après …. Mais lorsque tout cela n’a plus de sens, lorsqu’il s’agit seulement de se répartir des postes, faut-il suivre aveuglément … ou bien n’est-il pas nécessaire de faire acte de résistance !

Si le Parti Socialiste pour ses élections législatives est incapable de présenter une ligne politique claire et crédible, quel est le sens de ce vote ? Est-ce vraiment cela la gauche ?  

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article