Le Parti Socialiste … ouvre ses procès politiques !

Publié le 3 Septembre 2017

Adhérent au parti socialiste depuis 2005, je me suis beaucoup investi dans cet engagement politique non pour solliciter un poste, exerçant un métier passionnant, mais pour participer au débat des idées. Je me souviens notamment de cette superbe campagne de 2007, au côté de femmes et d’hommes venus au parti en très grand nombre pour soutenir, pour construire, pour rêver aussi, avec un fort désir d’avenir de gauche. Désolé de m’être engagé pour des idées et pas dans un plan de carrière …

Je viens d’apprendre aujourd’hui, par un coup de fil de mon secrétaire de section, l’ouverture de mon procès politique en vue de mon exclusion du parti. Le plus surprenant c’est d’entendre dans la bouche d’un partisan d’Hamon, frondeur, l’objet de l’accusation : ne pas avoir respecté la voie du parti ! Cela peut faire sourire après la contestation violente par ces frondeurs, sur tous les médias, de l’action du Président socialiste... Il a même été jusqu’à faire pression pour obtenir ma démission afin d’éviter pour moi cette procédure d’exclusion ! Trop sympa ... 

En effet, je l’avoue, je n’ai pas voté lors de l’élection présidentielle pour le candidat Benoît Hamon au score de 6% et qui a depuis quitté le P.S pour créer sa propre formation politique. Je m’en suis expliqué. Benoît Hamon n’a pas su sortir de son rôle de chef frondeur de courant, il n’a pas été à la hauteur d’une campagne présidentielle. Je suis désolé mais je reste satisfait de mon choix en faveur d’Emmanuel Macron qui a su affronter et repousser Marine Le Pen. Lors du débat, il s’est opposé avec sa maîtrise des sujets à la candidate du FN perdue dans ses dossiers. Il mérite sa victoire, je suis fier de mon choix.

En effet je l’avoue, je n’ai pas voté lors de l’élection législative pour la candidate socialiste qui était pourtant une bonne candidate dans ma circonscription. Je voulais connaître l’orientation de mon parti pour me prononcer, ne souhaitant pas apporter mon soutien aux anciens frondeurs. La ligne du parti est restée floue entre des candidats qui souhaitaient un soutien au Président de la République et ceux au contraire qui se prononçaient clairement pour une opposition et un rapprochement avec Mélenchon. Faute de ligne politique claire, je n’ai pas voté pour la candidate de mon parti.

En effet je l’avoue, à la veille d’un congrès du Parti Socialiste ma ligne est claire … Je refuse de voir engager mon parti dans une opposition systématique au Président de la République. Quelle cohérence en effet à mener cette opposition lorsque le Président veut obtenir de l’Europe la révision de la directive des travailleurs détachés pour construire une Europe plus protectrice des peuples ? Comme l’a indiqué d’ailleurs Anne Hidalgo, je suis partisan d’un positionnement clair de « partenaire exigent ». Emmanuel Macron s’est engagé pour trouver des solutions aux problèmes réels de la France en sortant de débats idéologiques caricaturaux. C’est au nom de la France qu’il convient de soutenir ses actions, d’apporter des critiques positives ou même de contester certains points si cela est nécessaire. Désolé mais je refuse de m’engager dans une opposition tactique ridicule !

Que le procès s’ouvre et s’il faut m’exclure au nom de mes choix que cela soit. Mais je reste socialiste, je garde ma liberté de parole et d’engagement !

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Geolarmart 17/09/2017 17:48

Avec des socialos comme vous, "socialiste" ne veut plus rien dire! Tous des droitistes, allez franchement chez les Macronistes.

Alain LEBOUC 17/09/2017 19:25

La teneur de vos propos démontre , s'il le fallait encore, que cette attitude partisane du Parti Socialiste justifie et explique les résultats d'aujourd'hui.
Toutefois le socialisme français n'est pas mort...

LEBOUC 04/09/2017 09:25

Voilà pourquoi entre autres, je n'ai aucun regret d'avoir, dès le second tour des primaires de la "BAP", démissionné du PS ne souhaitant cautionner un des meneurs d’une guerre d’usure contre la politique de François Hollande.

Lecteur fidèle du blog de Philippe Allard, je lui apporte tout mon soutien et mon amitié d'un "socialiste En Marche"

Publié sur Facebook le 04/09

ROUSSILHE 04/09/2017 06:50

Tenez bon M. Allard on a parfois raison contre tous.

ROUSSILHE 04/09/2017 06:49

La vérité sort du puit, lorsqu'un parti politique fait plus de place au paraître qu'aux convictions c'est le début de l'effondrement, sans valeurs, sans intelligence ses chefaillons sombrent à contre temps dans un autoritarisme débile, les défaitistes cherchent des coupables que pouvait-on attendre d'autre de jeunes et déjà bien vieux embourgeoisés réactionnaires, rien.

Jean-Claude Coin 03/09/2017 22:14

>>>> Le PS à Niort on à vécu la situation actuelle (Hamon) déjà lors des municipales de 2008, à Niort la députée socialiste, Gaillard, faisant fi du non cumul des mandats qu'elle avait pourtant évoqué, se présente contre le maire socialiste sortant lors de la primaire. Par des adhésions "furtives" – 6 mois avant le vote – elle l'emporte, adhésions restées "furtives" pour ne pas s'être renouvelées lors d'un autre vote, [une trentaine d'adhésions mémorisation facile à plusieurs pour contrôler lors d'un autre scrutin] le maire sortant aurait été élu, le tout manigancé par la 1ère fédérale – aujourd'hui décédée. La députée candidate officielle à la mairie dans sa suffisance refuse le rassemblement, "on" a 6 ans pour voir. En 2014 aux municipales elle fait 20 %, le candidat centre droit fait 54 % au 1er tour. Habituellement c'était l'inverse et ce depuis les années 50. Il y a pire, récemment j'apprends dans la presse, que la député-maire, en 2012, n'avait pas affiché la photo de nouveau président de la République François Hollande, restée dans les cartons, c'est le nouveau maire, centre droit, en 2014 que l'a fait ! En 2017, qu'a fait la députée ? Soutient à Hamon. Législatives : elle soutient son suppléant – plus PS – soutenu par Jadot et demande dans la presse à la candidate officielle du PS de se retirer en de son suppléant de candidat ? En Marche l'emporte très largement. Le PS serait-il en soubresaut ? Ce qui est sur est que le socialisme est une conviction, le PS, une organisation. Et aujourd'hui il y a probablement plus de convictions "ailleurs" qu'au PS et je pense surement pas à Hamon ou Mélenchon !!! <<<<<<<