Macron n’est-il pas de droite ?

Publié le 6 Octobre 2017

Toute la campagne présidentielle d’Emmanuel Macon s’est articulée autour de l’idée du dépassement du clivage gauche/droite pour répondre aux enjeux réels du monde contemporain.

Dès le premier tour, le candidat Macron a réussi à capter une partie importante des voix de la gauche réformiste.

Il faut dire que le contexte s’y prêtait, avec d’abord l’affaiblissement du Président socialiste confronté à une fronde interne à son parti d’une virulence telle qu’il était difficile de comprendre l’orientation de ce parti.

Ensuite le manque de crédibilité du candidat sorti des primaires de la gauche, certes sympathique, mais au programme utopique, ne cadrant pas à la crédibilité d’une élection présidentielle, a conduit à la débâcle.

Enfin, la menace de voir la candidate de l’extrême droite atteindre la première place a favorisé le vote au profit du candidat le mieux placé.

A ce contexte, il faut bien sûr ajouter la capacité de ce jeune candidat, ancien ministre du président socialiste François Hollande, à rassembler autour d’idées fortes comme : le renouvellement de la vie politique, l’engagement de refonder l’Europe et la volonté de donner à la France les moyens de répondre aux mutations de la mondialisation.

La victoire d’Emmanuel Macron fut soutenue par une grande partie de l’électorat de gauche, il n’y avait pas d’autre alternative crédible.

Mais Emmanuel Macron n’est-il pas de droite ?

A la lecture du budget présenté offrant plus d’avantages aux uns qu’aux autres, ou par plusieurs déclarations, le Président de la République ne s’éloigne-t-il pas de cet électorat de gauche qui lui a permis d’accéder à la Présidence de la République ?

Les expressions employées ne rappellent-elles pas toute une pensée libérale qui verrait dans le monde du travail un monde de faignants, prêt à mettre le bordel, contre la volonté du capital de travailler pour créer des richesses dans une société ordonnée autour de la seule valeur de l'argent ?

N’entendons-nous pas derrière certaines déclarations le fameux « enrichissez-vous » ?

Pour une femme ou pour un homme de gauche épris d’humaniste, la société ne peut être vue comme un espace limité à la fonction de création de richesses. Ce qu’il y a de bien plus grand c’est l’humain, c’est cette capacité à penser à l’autre, à vivre avec les autres, à cette fraternité, à ce devoir de justice.

La gauche restera toujours la gauche … la reconstruction c'est maintenant ! 

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article