Publié le 19 Novembre 2013

Le-Parti-socialiste-peut-il-survivre_visuel.jpgSans béret ni casquette, les militantes et militants socialistes sont révoltés contre la volonté de passage en force de la part de la direction du PS des listes européennes.

 

Constituées en conclave à Soferino, par tous les cardinaux socialistes réunis, ces listes sont un affront pour toutes les militantes et tous les militants socialistes qui veulent faire la campagne des européennes et ont conscience de l’enjeu de cette campagne. Car ces listes ne sont en effet pas faites pour les élections européennes mais pour servir les petits jeux d’appareil.

Ainsi, alors que les socialistes défendent le non-cumul des mandats, les listes multiplient les candidatures de cumul de fonctions en exercice jusqu’à celle de ministre !

Il faudrait à la fois mener les réformes au gouvernement et mener une campagne pour les européennes ! Comment cela est-il possible alors que le Président de la République réclame la totale disponibilité de ses ministres ?

Il faudrait à la fois représenter une région ici, y travailler et s’y investir pour les habitants et mener de pair une campagne pour l’Europe dans une autre région, là-bas, à l’autre bout de la France ! Comment cela est-il possible ?  Mais pour qui prend-t-on les électrices et les électeurs ?

 

L’Europe vaut beaucoup mieux que cela ! Le Parlement européen détient de plus en plus de pouvoir et les décisions européennes nous concernent tous !

 

Alors que faire ?

 

Faut-il jouer la grande muette ? Dos incurvé, tête baissée, foncer droit vers la défaite … et demain pleurer sur un nouveau 21 avril ?

Car nous savons que si nous ne savons pas dire NON, ce seront les électrices et les électeurs qui nous dirons NON ! Ce seront les courants les plus nationalistes et les plus extrémistes qui profiteront de notre incapacité à faire campagne.

 

S’abstenir NON ! Ne rien dire et laisser faire NON ! Attendre sagement la déroute NON !

 

C’est pourquoi un vent de révolte souffle sur le Parti Socialiste et de plus en plus de voix se lèvent pour dire NON jeudi !

 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2013

7-fabrication-bulletin.jpgLes militantes et les militants socialistes ont découvert avec tristesse le fonctionnement encore archaïque de notre Parti pour la désignation des listes aux européennes.

Entre vendredi et samedi, Solferino a donné une nouvelle fois le spectacle de ces négociations d’arrière-boutique entre les deux principales motions (1 et 3) et les sous-courants de la motion majoritaire. Tout le grand jeu théâtral a été utilisé avec ces mots, ces gestes, ces suspensions, ces trahisons, ces revirements, ces déchirures, ces abandons, ces règlements de compte, ces regards noirs … Ce n’était pas l’heure d’être camarade, car seul comptait le rapport de force.  Pire que le grand capital, on comptait, sous-pesait le poids de la chair militante et celui de ses ténors. Une boucherie comme en 14 !


L’Europe vaut mieux que cela.

 Au final tout ce grand jeu accouche d’une liste inacceptable car reposant non sur la recherche de la dynamique nécessaire pour mener cette élection, mais sur une cuisine sans saveur. Les ingrédients sont périmés avec ces calculs hors sol, et ces parachutes : parachute doré pour un ministre en exercice et parachutage pour une nouvelle gauche qui a perdu son âme dans cette grand-messe. 

 

Face à ce cirque qui donne une piètre image à notre Parti, il faut oser dire NON !

Nous ne devons pas lâcher et refuser ces listes constituées dans ces conditions. Nous ne voulons plus de ce fonctionnement, nous n’acceptons plus ce triste spectacle donné par notre Parti. Nous demandons une nouvelle fois que les Primaires internes soient retenus comme le seul mode de désignation de nos têtes de listes aux européennes. 

Le 21 novembre, les militantes et les militants socialistes vont se prononcer sur ces listes constituées pour les élections européennes.

Nous serons nombreux à voter NON parce que ces listes ne sont pas à la hauteur de l’enjeu de l’élection européenne.

 

Et nous n’en resterons pas là !

Osons camarades aller plus loin ensemble… Il s’agit maintenant de constituer une force réformatrice et volontariste au sein de notre Parti Socialiste.

Courage et Volontarisme pour un parti socialiste ouvert sur la société et déterminé à porter les réformes nécessaires en France et en l’Europe pour la dignité et le progrès des peuples.  

 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0