Publié le 26 Mai 2014

12331.jpg  Il faut convaincre …


A ceux qui réclament un virage à gauche … où voient-ils une demande à gauche dans les résultats de dimanche ? Il n’y a pas eu de poussée de l’extrême gauche, bien au contraire …


Nous sommes dans une situation difficile. Le monde change à la vitesse de la lumière. Pour conduire cette grande mutation, nous avons besoin d’un Etat stratège et d’une entente forte entre pays européens.

La Russie vient de passer un accord avec la Chine sur la vente du gaz. Les relations nouvelles entre les deux anciens communistes sont à l’image de la nouvelle géographie de notre monde. Ne nous fermons pas. La ligne du Front national c’est exactement celle qui peut nous plonger dans le déclin.


Le Président de la République, François Hollande, a défini une politique claire. Il faut soutenir et convaincre.


Oui, il faut éviter l’inflation des déficits publics qui rend la France dépendante du capitalisme financier.


Oui, il faut investir dans l’avenir, nous avons besoin d’un volontarisme politique aux côtés des entreprises. Un volontarisme à l’image de la ministre de l’écologie pour accomplir la transition écologique.


Oui, il faut une justice sociale avec des lois qui garantissent l’ordre juste et il nous faut soutenir l’éducation pour tous. Parce que nous sommes socialistes nous nous battrons toujours pour rechercher tous les moyens de rendre plus juste notre monde face aux appétits d’un petit nombre.


 

Oui, il faut réformer la carte de nos territoires pour renforcer leur efficacité.  La question n’est pas seulement de faire des économies en supprimant les doublons. Il s’agit aussi d’aider les territoires à mieux répondre aux défis actuels en définissant clairement leurs compétences et leur feuille de route.


Nous avons perdu des batailles électorales mais cela ne doit pas nous détourner du travail à accomplir pour la France dans le nouveau monde.

Il faut tenir le cap !

Il faut convaincre et mettre un terme aux divisions qui nous affaiblissent souvent pour servir les petites ambitions personnelles. Ne soyons pas dupes !


 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 21 Mai 2014

une-libe-non 2502348En 2002 je n’ai pas voté pour Lionel Jospin au premier tour.


Je m’étais laissé gagner par le climat ambiant. L’action du gouvernement n’avait pas été assez sociale, cela n’avançait pas suffisamment. Les usines fermaient et le premier ministre, face à la multiplication des plans sociaux, déclarait « l’Etat ne peut pas tout ».

J’étais en colère face à cette faiblesse avouée. Je n’ai pas voté Jospin. Je voulais plus de volontarisme.

 

En 2002, j’ai pris une sacrée claque. Jospin a été éliminé et j’ai vu s’afficher sur le poste de télévision le sourire radieux du leader de l’extrême droite : Jean Marie Le Pen, un véritable cauchemar. J’ai été encore plus loin… Je n’ai pas voté au premier tour pour Lionel Jospin mais je me suis senti obligé de voter au deuxième tour à droite pour éliminer l’extrême … Quel gâchis ! On était nombreux après à manifester … mais c’était après …

 

En 2002, j’ai compris. Plus jamais ça !


Certes on peut ne pas être d’accord sur les mesures prises, certes on voudrait plus de justice, certes on a envie de crier lorsque des salariés sont mis à la rue alors que les richesses s’accumulent, certes on voudrait plus d’actions lorsque la gauche est au pouvoir pour corriger les inégalités. Certes on est impatient, certes on dénonce, certes on s’oppose, certes on manifeste, certes on soutient les luttes des camarades contre les injustices.

Mais le jour du vote, c’est un choix qu’il faut faire. Voter à gauche, à droite ou à l’extrême droite ça a un sens.

L’engagement c’est au quotidien. Le vote c’est un moment, un choix, une décision à prendre en cernant bien les enjeux.

 

En 2002, je me suis trompé. La démocratie ce n’est pas le temps d’un coup de tête.


Depuis j’ai adhéré au Parti socialiste. Tout n’est pas simple, on n’est pas toujours d’accord, on s’oppose parfois, on conteste. Mais il y a aussi et surtout ces rencontres, ces combats communs, cette humanité. C’est aujourd’hui ma famille politique.

 

Dimanche, je serai au rendez-vous. Je vote socialiste. Et plus particulièrement dimanche, je sais que ce vote je ne le regretterai pas car il n’y a qu’un seul tour.


Je ne perdrai pas ma voix pour donner le sourire à l’extrême droite.

 

 

Philippe Allard 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 10 Mai 2014

4a69a641.jpg

La terre n’appartient qu’aux hommes,

Le riche ira loger ailleurs.

Combien de nos chairs se repaissent !

Mais si les corbeaux, les vautours,

Un de ces matins disparaissent,

Le soleil brillera toujours !

                                          L'Internationale

 

Ne laissons pas les autres décider pour nous !


L’Europe ce n’est pas le marché ! L’Europe c’est une communauté d’hommes et de femmes, de citoyennes et de citoyens, c’est une communauté humaine qu’il faut unir.


Nos frontières se touchent, nous sommes voisins. Les nationalismes nous ont divisés. Nous avons connu des guerres. Mais cela nous n’en voulons plus. Les générations précédentes ont ouvert un temps de paix et d’union.


Et puis nous avons tant à partager ensemble. Nous avons tant construit. Il y a tant de choses à découvrir dans cette vielle Europe, tant de paysages, tant de chefs d’œuvre, tellement de cultures, c’est toute notre richesse commune.


Et surtout dans ce monde nouveau, il est si bon de se retrouver et de se rappeler les luttes menées pour arracher des droits, les droits de l’homme et les droits sociaux. Ensemble nous sommes plus forts pour refuser l’exploitation de l’homme pour l’homme face au capitalisme international. Lui n’a pas de frontière. Il peut mettre les peuples en concurrence. Luttons avec les mêmes armes. Ce n’est pas au peuple de mettre des frontières. C’est au peuple d’imposer les droits pour tous.

La lutte n’est pas finie. Ne construisons pas de forteresse, c’est illusoire, les murs ne tiendront pas.


Il nous faut une nouvelle équipe pour conduire Notre Europe ! C’est tout l’enjeu de cette élection. Martin Schulz a ses chances. Il a besoin de notre mobilisation. Il a besoin de notre vote.


Le 25 mai, pas de division, ne confondons pas les enjeux. Il n’y aura qu’un seul tour.


Le 25 mai, je vote pour la liste socialiste, ma voix c’est pour celui qui est en capacité de changer l’Europe. Ma voix c'est pour donner une majorité de députés socialistes au Parlement pour  élire Schulz. 


Ma voix c’est pour Martin Schulz !


Philippe Allard

 

Je signe ! 

http://www.collectif-militant-socialiste.fr/2014/05/lappel-citoyen-pour-martin-schulz.html

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 5 Mai 2014

13923188383_05d80d5727.jpg Le collectif militant socialiste vient de lancer un appel citoyen pour Martin Schulz.


Il s’agit d’une action partie de la base, de citoyens et de citoyennes engagés au Parti Socialiste pour mobiliser et appeler à voter.


Le 25 mai prochain, il n’y aura qu’un seul tour.


Le 25 mai nous pouvons changer la politique de l’Europe en mettant à la tête de l’Europe, avec Martin Schulz, un homme volontaire pour agir en faveur des peuples. Depuis trop longtemps, l’Europe manque d’un leader pour avancer dans la bonne voie.


Le 25 mai voter pour des petits partis c’est donner sa voix à Marine Le Pen car il n’y a qu’un seul tour, qu’un vote, les candidats éliminés qui ne feront pas 5% des voix, ce sont des voix pour les autres.

 

Le 25 mai on peut se raconter des histoires, on peut accuser les uns et les autres, on peut bouder les urnes, on peut ne rien faire … mais tout cela au final nous plonge un peu plus dans l’immobilisme. Au contraire le 25 mai on peut agir et réorienter la politique de l’Europe avec Martin Schulz.


Ne nous racontons pas d’histoire, nous connaissons tous l’enjeu de cette élection. Si les socialistes obtiennent suffisamment de voix,  Martin Schulz pourra agir.

Si les partis populistes l’emportent, l’Europe perdra encore un peu plus de dynamisme dans un monde en pleine mutation.

Si la droite l’emporte ce sera ne rien faire pour laisser faire.

D’où l’Appel citoyen pour Martin Schulz !

D’où l’importance de voter le dimanche 25 mai pour les candidats socialistes !


Ne nous trompons d’élection. Cernons les enjeux. Préparons l’avenir pour les générations suivantes.


Pas une voix ne doit manquer pour Martin Schulz !


Philippe Allard


Lien pour soutenir l'Appel : 


Collectif Militant Socialiste: Europe

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0