Publié le 14 Novembre 2015

La guerre, à nouveau la guerre …

Quelle tristesse de savoir à nouveau qu’il nous faut entrer en guerre … La France l’a été si souvent dans son histoire … trop souvent.

Mais cette fois, il faut y aller, il faut s’y résigner … car les guerres, si elles prennent toujours des formes barbares, sont de natures différentes.

Il y a des guerres qu’il faut éviter en recherchant la sagesse des peuples.

Et puis, il y a ces guerres qu’il nous faut mener lorsque la barbarie attaque l’humanité. Hier contre la barbarie nazie, aujourd’hui contre la folie de Daesh, ce sont des guerres qu’on nous impose et qu’il faut livrer car ce sont nos valeurs, ce qu’il y a au plus profond de nous, qui sont menacés, c’est tout ce qui fait la civilisation.

Daesh en déclarant avoir tué des « centaines d’idolâtres dans une fête de perversité », ce vendredi treize novembre, au Bataclan, n’a pas frappé un peuple mais une humanité.

Comment des hommes ici en France ou ailleurs peuvent-ils accepter de suivre ainsi la barbarie ?

Comment peut-on développer tant de haine contre l’humanité ?

Une partie de nous, les Français de confession musulmane, se sent une nouvelle fois particulièrement touchée par ce malheur, car c’est au nom de leur croyance qu’on voudrait imploser un monde de souffrance, de meurtre, de barbarie.

Mais l’humanité c’est l’ensemble de nous tous, croyants et non croyants, pour défendre toujours les droits de l’homme, le droit à la vie et au bonheur, le droit de chanter, le droit de rire.

Dans ce drame qui nous frappe, il n’y a qu’une communauté, qu’un peuple, qu’une humanité.

Ce n’est pas la France qui est en guerre, c’est une guerre de l’humain contre la barbarie.

Aussi, cette guerre c’est d’abord la résistance de chaque humain pour combattre la haine de l’autre.

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0