Publié le 30 Août 2017

Socialiste, je continue à considérer qu'il faut laisser le Président de la République aller jusqu'au bout de sa politique, lui laisser le temps d'agir pour le pays. Il a été élu en défendant un programme clair de dynamisme économique pour lutter contre le chômage de masse et de gestion saine du budget de l'Etat. Nous ferons le bilan de son action à la fin de son mandat. Nous pouvons être en désaccord sur certains points, mais laissons le temps au temps pour mener une politique sur la durée. Les petites attaques politiciennes que l'on peut suivre sur les réseaux sociaux ne sont pas à la hauteur de l'enjeu. Il faut engager la France dans l'avenir et donner du boulot à celles et ceux qui n'en ont pas.

 

Par contre, il nous faut parallèlement reconstruire la gauche de gouvernement. J'attends pour cela l'engagement de François Hollande et de toutes celles et ceux qui ont cette volonté de reconstruire dans le sérieux, le réalisme et le volontarisme. Mais il nous faut sortir de la période des frondeurs. Quand je lis encore les propos de cette minorité du P.S, je me dis qu'il y a longtemps qu’ils auraient dû quitter le P.S pour permettre à ce parti de soutenir loyalement l’action de François Hollande. Le départ de Benoît Hamon est une bonne chose, que celles et ceux qui pensent comme lui le rejoignent. Un parti politique au pouvoir doit servir pour expliquer l’action menée et non s’opposer. La gauche de gouvernement ce n’est pas la gauche radicale.

 

Le Parti Socialiste n'est plus la force dominante, il est affaibli mais sa reconstruction est nécessaire. Les socialistes ont une orientation politique à défendre pour porter un idéal de société plus juste, plus humaine et plus solidaire. Cette voix est importante. Il faut revoir le fonctionnement du parti pour en faire un parti de gouvernement. Une seule ligne politique est possible à proposer aux électrices et aux électeurs. Il faut sortir de ces jeux de pouvoir internes avec les motions. Nous devons aussi en finir avec une certaine professionnalisation de la politique qui donne un discours incompréhensible pour la majorité. Soyons simples, clairs, audibles dans ce que nous proposons. Sortons de ces textes fleuves, au final peu lus, des Congrès.

 

La reconstruction du P.S impose donc de fixer une ligne politique à laquelle on adhère en rejoignant les socialistes, de sortir, en favorisant la mobilité des dirigeants du P.S, de cet individualisme politique qui engendre ces voix discordantes, d’en finir avec ces batailles caricaturales des motions.

 

Alors en marche la reconstruction de la gauche de gouvernement !

 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 1

Publié le 29 Août 2017

Socialistes, nous aurions tort de croire qu'en se contentant d'attaquer le gouvernement d'Emmanuel Macron, nous retrouverons une légitimité pour gouverner le pays. Les Françaises et les Français ne sont pas dupes de ces positionnements tactiques, de ces chamailleries politiciennes. Ce n'est pas comme cela que nous recouvrerons leur confiance.

Il est bien sûr utile de faire des propositions pour rendre meilleure la loi, c'est le travail parlementaire indispensable.  Mais ce qu'on attend avant tout de nous, c'est que nous soyons capables de proposer une ligne politique claire pour le pays avec des femmes et des hommes sérieux, honnêtes, à l’écoute de la société, engagés au service du pays, pour gouverner le pays avec responsabilité.

Cette ligne politique nous la connaissons. C'est celle qui a été suivie par François Hollande lorsqu'il a présidé la France. C'est aussi celle voulue par les socialistes. C'est cette ligne qu'il nous faut soutenir. C'est cette ligne qu'il faut porter en assumant pleinement ce que nous sommes.

Laissons une autre gauche proposer une voie plus radicale. Respectons-là, à défaut de l'être, mais sachons dire clairement que notre projet politique est différent. Assumons notre positionnement pour le pays. On ne peut pas, au sein d'un parti, proposer des voix discordantes sur la ligne à suivre, vouloir un rapprochement avec la gauche radicale en oubliant ce que nous sommes, cela n'a pas de sens. Sachons d’abord dire ce que nous proposons.

Les socialistes ont une ligne et une seule ... et maintenant il s'agit de se retrouver, de se rassembler pour être utile au pays. Ce projet politique repose sur quatre piliers principaux :

  •           Un pilier économique : pour une gestion saine et transparente du budget de l’Etat, pour soutenir la dynamique des entreprises dans une économie mondialisée, pour un développement durable en accompagnant la transition énergétique, pour soutenir l’innovation.
  •           Un pilier social : pour un Etat providence responsable assurant à chacun sa dignité, pour préserver les services publics, pour donner à chacun les mêmes droits, l’accès à l’éducation et à la culture, pour favoriser toutes les formes associatives et participatives développant les liens sociaux.  
  •           Un pilier européen : pour constituer un espace modèle de paix, de progrès partagés et de coopération en unissant des Etats qui ont connu dans le passé des temps de guerres. Il s’agit ainsi de favoriser toutes les associations entre Etats, à différentes échelles, pour répondre à cet idéal.
  •           Un pilier de la coopération internationale pour défendre la liberté, pour mettre au service de la paix et des interventions humanitaires dans le monde nos forces armées, pour soutenir le développement avec pragmatisme en soutenant les projets locaux et les Etats.

Certains attendent le congrès ... cette forme de déchirure où chacun campe sur ses positions en rassemblant quelques fidèles pour compter sa force et exister par lui-même. C'est tout l'inverse dont nous avons besoin. N'attendons pas ces grandes messes de division ... Préparons le rassemblement maintenant.

Nous ne sommes plus cette force politique dominante et hégémonique. Sachons simplement dire ce que nous proposons. Travaillons pour répondre aux besoins du pays dans le cadre de notre ligne politique.

Arrêtons de fonctionner en motions opposées. Nous sommes Socialistes !

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0