Les primaires débat organisé par terra nova

Publié le 2 Juillet 2009

Terra nova organisait  mercredi 1er juillet un débat contradictoire sur la question des primaires qui opposait Henri Weber à Arnaud Montebourg. J’ai pu y participer et je vous livre quelques enseignements retenus de ce débat riche et direct.

 

(1) Henri Weber a débord rappelé qu’il existe plusieurs types de primaires. Le débat porte donc plus sur le type de primaires.  

Lorsqu’on fait référence aux primaires italiennes, il faut rappeler qu’il s’agissait de primaires de ratification. Romano Prodi avait été choisi par les partis composant l’Olivier. Il n’y a donc pas eu de véritables enjeux de personnes et peu de polémiques.

Les primaires que souhaite organiser le PS sont tout autres car il s’agit de primaires de désignation pour donner à la gauche son leader. Il faut donc s’attendre à des débats  beaucoup plus âpres entre les candidats.

 

(2) Il faut ensuite fixer le type d’ouverture de ces primaires :

- Primaires pour les militants socialistes

- Primaires socialistes ouvertes aux sympathisants avec un montant modique à fixer pour y participer et permettant l’organisation de ces primaires.

- Primaires ouvertes à toutes la gauche avec un nombre d’électeurs qui pourrait se monter à 4 ou 5 millions selon les études de terra nova.

 

(3) Henri Weber a développé une analyse intéressante en 5 arguments contre des primaires ouvertes à toute la gauche :

            1 - C’est une proposition irréaliste car les autres partis de gauche voudront participer au premier tour de l’élection présidentielle, le temps fort de notre vie politique. Refuser d’y participer serait pour les partis un risque de disparaître.

            2 - Le premier tour de l’élection présidentielle représente en fait déjà une primaire à gauche et il est très important que toute la gauche y participe dans sa diversité pour recueillir le plus de voix au premier tour.

            3 - Plus on multiplie les candidats plus le risque de dérapage s’accroît car pour certains candidats ce sera d’abord un moyen d’exister sur le devant de la scène médiatique.

            4 - L’organisation de ces primaires pour éviter les fraudes réclame un investissement important.

            5 - Cette primaire pourrait renforcer l’image dans le pays des divisions de la gauche car l’adversaire alors ne serait plus la droite mais les autres partis de gauche.

Henri Weber est favorable à des primaires socialistes ouvertes aux militants et sympathisants.

 

(4) Arnaud Montebourg défend les primaires ouvertes à toute la gauche.

Principaux arguments

            1 – Une idée novatrice, il faut que le PS sorte du conservatisme.

            2 – Les primaires imposent de travailler avec toute la gauche ce qui renforce les débats et peut mieux préparer la gouvernance commune. Nous devons montrer aux Français que nous sommes capables d’organiser des choses en commun.

            3 – Il faut sortir des luttes internes au Parti socialiste entre écuries présidentielles. Ces débats tournent en rond et seront de moins en moins suivis. Nous avons besoin d’écouter, de dialoguer avec tous les autres partis de gauche.

            4 – Se pose aujourd’hui le problème de la légitimité des décisions prises par le Parti. On peut se retrouver avec deux candidats socialistes après des primaires entre socialistes. L’ouverture des primaires à toute la gauche en renforçant la légitimité du candidat de la gauche évitera cette situation.

Arnaud Montebourg par contre a averti notre direction : on ne peut pas repousser la décision à juin 2010. C’est beaucoup trop tard pour préparer sérieusement ces primaires. Il faut rapidement prendre la décision après un débat contradictoire.

 

(5) La question essentielle du programme a été plusieurs fois abordée.

Quelle sera la place du programme élaboré par le Parti socialiste après les primaires d’autant plus après des primaires ouvertes à toute la gauche ?

1 – Contrairement aux dernières primaires il faut des débats contradictoires pour éviter que l’on se prononce que sur les personnes et non sur les idées.

2 – Arnaud Montebourg considère que le candidat portera le projet et il faut donc donner au candidat de la souplesse.

3 - Le programme élaboré par le PS sera toutefois une base essentielle pour préparer le débat des idées.

Rédigé par Philippe Allard

Publié dans #Parti socialiste

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article