L'Espoir à gauche

Publié le 5 Octobre 2009

L’Espoir à gauche s’est constitué durant le dernier congrès avec un rassemblement autour de Ségolène Royal. Nous avons réussi ensemble à porter cette idée de la rénovation qui n’était jusqu’ici qu’un mot dans les programmes. Nous avons maintenant à travailler sur les orientations politiques pour notre Parti avec cette volonté commune de sortir d’une pensée conservatrice. Ainsi après les interrogations portées à Montpellier sur le thème de l’école, le rassemblement du 14 novembre à Dijon permettra d’approfondir notre travail sur ce thème. C’est ensemble que nous avançons.

 

Je reste attaché au soutien à Ségolène Royal car je pense qu’elle peut apporter la dynamique qui nous manque. Comment ont-ils pu tuer Charlety ? Elle est aussi celle qui représente le socialisme de mon engagement, pour un Parti de gouvernement volontariste et social. L’Etat a un rôle essentiel à jouer comme moteur de l’économie durable et porteur d’une vision de la société qui donne à chacun les moyens de son épanouissement. C’est ce que j’ai retrouvé et soutenu dans le Pacte présidentiel.

Je suis attaché à cette sensibilité de l’Espoir à gauche dans le Parti socialiste. C’est le rassemblement de militantes et militants socialistes volontaires pour inscrire le Parti socialiste dans le temps présent et préparer avec réalisme la gouvernance de la France dans un monde complexe. Des socialistes,  aux histoires différentes, sont aujourd’hui rassemblés pour porter ce projet. Des élus locaux, des hommes politiques remarquables comme Vincent Peillon, des hommes engagés et de conviction comme notre mandataire parisien David Assouline. Ce rassemblement peut nous permettre de continuer à faire avancer le Parti socialiste.

 

Alors évitons les mots qui blessent et peuvent créer des tensions inutiles entre nous. Continuons à travailler ensemble pour notre Parti, pour répondre à l’espoir des Français, pour construire une alternance crédible à gauche.

 

Dans le court terme, il nous faut aussi préparer les élections régionales. En tant que simple militant, je défends l’idée d’une liste régionale de jeunes candidates et candidats, conduite par une élue d’expérience. Il faut préparer dans notre sensibilité une jeune génération à gérer nos territoires et l’Etat. C’est aussi le travail d’un Parti politique. Mais pour cela, il faut mettre au travail sur les dossiers régionaux et les grandes problématiques de notre région une nouvelle équipe. Utilisons les compétences, les qualités des femmes et des hommes de notre sensibilité. Je pense notamment à Dominique Bertinotti, maire d’arrondissement, qui a toutes les qualités pour encadrer cette équipe. C’est par l’investissement sur les dossiers et non sur des arbitrages entre sous-courants que devrait se faire le choix de nos candidats.

Rédigé par Philippe Allard

Publié dans #L'Espoir à gauche

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article