Dominique Bertinotti pose la règle du droit !

Publié le 16 Décembre 2012

egalite-pour-tous.jpgSur la question du mariage pour tous et au-delà de l’adoption pour les couples homosexuels ou de l’accès à l’AMP (aide médicale à la procréation), il faut rester dans le domaine du droit.

 

En imposant l’expression du « mariage pour tous », la ministre de la famille, Dominique Bertinotti a su poser correctement la question.

Il ne s’agit pas d’une question morale. On entrerait alors dans un domaine très subjectif : quelle morale ?  N’en faisons pas « une conscience » personnelle. Il faut rester en ce domaine sur la règle du droit républicain.

 

Oui ! Mme la Ministre parlons d’égalité de droit.

 

Actuellement des couples de même sexe décident de vivre ensemble. C’est un fait. Des familles homoparentales se sont constituées. C’est un fait.

Ces couples demandent à légaliser leur union par un texte officiel et à entrer ainsi dans l’état civil. La République doit donc décider si ces couples ont les mêmes droits que les autres. C’est la question fondamentale dans un Etat de droit.

 

Les époux recevront à l’occasion de leur mariage un livret de famille.

 

Les religions et des courants de pensée traditionnalistes s’opposent à cette législation au nom d’une morale. Mais la République n’est pas une religion, fermant les yeux sur des situations sans vouloir légiférer. C’est la loi qui règle les rapports entre les citoyens dans notre société. Puisque cette situation existe, il faut qu’elle soit légalisée.

Des citoyennes et des citoyens demandent à accéder aux mêmes droits. Leur situation n’est pas illicite. L’homosexualité n’est pas interdit par la loi. Ces couples sont légaux. On ne peut donc pas leur refuser le même droit qu‘ont les autres couples. C’est la règle de l’égalité de droit dans la République.

 

La République c’est la même loi pour tous.

 

manif-bastille-n.jpgMme la Ministre Dominique Bertinotti a su porter avec justesse la question du mariage pour tous sur la règle du droit et de l’égalité des droits dans la République. C’est en effet à cette seule question que droit répondre la loi Bertinotti.

Et une fois la loi adoptée, aucun Maire ne pourra s’abstenir d’appliquer la loi au nom de cette règle fondamentale : d’un même droit pour tous.

 

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article