Intervention au CN du 13 décembre

Publié le 16 Décembre 2014

16026425912_ec6597ff71_n.jpgCamarade,

La réforme du fonctionnement du Parti Socialiste est nécessaire. Il y a en effet un fossé qui s’est creusé entre le peuple et les partis politiques. On ressent ce manque de confiance dans l’engagement politique.
Les Partis politiques ont été trop loin, ils apparaissent comme des lieux avant tout de lutte de pouvoir. Moi je suis triste de voir autant de femmes et d’hommes adhérer et puis partir épouvantés par les luttes internes. Une camarade me disait « moi je ne savais pas que c’était ça le PS je pensais qu’on parlait de politique, mais ce n’est pas ça ce sont des luttes de camp, ça ne m’intéresse pas ».
Ce constat nous a amené avec les camarades de la motion 4 et d’autres motions, des camarades de base que l’on voit sur les marchés mais pas sur les tribunes, des camarades qui viennent militer parce qu’ils sont socialistes sans chercher un job,  à écrire un texte de 10 propositions pour changer le parti qui a recueilli plus de 1500 signataires.
Alors je sais que c’est difficile de réformer car des intérêts particuliers sont en jeu. Mais, il faut le faire, car c’est aujourd’hui vital pour notre Parti. Nous avons besoin de ce vent nouveau. Jean Christophe Cambadélis, tu as raison de mener avec ta personnalité, avec calme et détermination ces réformes aujourd’hui. Bravo !

OUI Camarade, nous devons changer notre Parti ! Et nous ne devons pas avoir peur d’Oser plus loin plus vite !

1 – Changer c’est assurer le  renouvellement de nos représentants, de nos cadres, de nos élus.
Vous savez que lors de la Révolution française, l’Assemblée constituante avait décidé qu’il y aurait un renouvellement total des élus de l’assemblée législative (en 1791). Renouvellement total !  Imaginez un bureau national totalement renouvelé …  Mais la proposition est peut-être un peu trop révolutionnaire pour certains …
Je ne suis pas attaché plus que cela à des quotas mais lorsque rien ne bouge, il faut agir. Je pense que nous devrions dans nos instances BN et CN, imposer une proportion réservée à la jeunesse, c’est indispensable. 
Jeunesse d’abord mais ce n’est pas suffisant, le renouvellement passe aussi par la France métissée. Où est toute cette France colorée qui est notre richesse ? Comment parler de la société si lors de nos débats la société est inégalement représentée.
Le renouvellement c’est la parité totale, partout, jusqu’au bout parce que comme le dit très justement Claude Roiron « le socialisme est un féminisme »,  il ne suffit pas seulement de le proclamer, il faut agir totalement dans ce sens, et il y a encore à faire.

2 – Changer notre parti c’est aussi donner plus de place aux militantes et aux militants et ouvrir davantage sur la société civile.
- Nous avons beaucoup trop de strates, de hiérarchie entre le militant de base et les cadres au sommet de la pyramide. Conséquence, personne n’est réellement au courant à la base de ce qui se dit, se passe en haut et cette opacité ne crée pas le dynamisme. S’il y a trop de rupture entre la base et le sommet, comment ensuite parler au peuple et être audible. Le discours est souvent hors sol ! 
Il faut restaurer ce dialogue, cet échange, pour une démocratie plus participative, avec les nouveaux moyens de communication, nous avons cette possibilité. Oui c’est un autre fonctionnement pour permettre un travail efficace d’aller et retour, de questionnement et d’échanges entre le sommet et la base de notre Parti !
Il faut aussi ouvrir la citadelle de Solférino. Nous devons redevenir un parti vivant. Un Parti ce n’est pas une administration, et des salons feutrés, c’est un lieu d’échanges, de confrontation d’idées, de réflexion partagée.

3 – Changer, Camarade, c’est aussi renforcer le travail collectif.
Je suis désolé, mais personnellement je me lasse et le mot est bien faible de toutes ces batailles internes sur l’action gouvernementale. Oui c’est important de débattre mais nous ne devons pas faire que cela !
Il faut donner un sens à notre engagement collectif et préparer l’avenir.
Nous avons besoin d’ouvrir de nouveaux chantiers. On attend de nous des propositions d’avenir. 
Nous avons besoin de sortir de la sinistrose ambiante pour redonner confiance en l’avenir.
Les copains qui voyagent sont souvent surpris lorsqu’ils reviennent en France de cette tristesse, de cette peur dans l’avenir alors que nous avons de très nombreux atouts.
Il faut de la détermination pour montrer ce qui marche. La France innove, la France est solidaire, la France est présente dans le monde.
Débattre oui, mais donner confiance en l’avenir c’est indispensable.
Lors des élections départementales donnons la parole à toute cette France qui agit !

Oui mais camarade nous devons changer le fonctionnement de notre Parti !
Redonnons confiance ! Redonnons envie de politique ! 
Changeons notre Parti pour faire du socialisme une idée neuve !

 

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article