L’Europe protège ses travailleurs !

Publié le 10 Décembre 2013

peuple_europeen.jpgL’accord est intervenu sur les travailleurs détachés, après plusieurs heures de négociation, ce lundi 9 décembre, entre les 28 pays de l’Union européenne.


 

C’est une belle réussite pour le gouvernement français qui a su défendre ce dossier et obtenir les soutiens nécessaires pour renforcer la réglementation européenne en vigueur.  Contre le Royaume-Uni mais avec l’Allemagne et la Pologne, la France impose des règles sociales européennes.


On voit à nouveau dans cette affaire toute l’importance du rôle des pouvoirs publics élargis maintenant à l’échelle européenne. Pour assurer une Europe sociale, il est important d’imposer des règles contre le laisser-faire défendu  par l’idéologie libérale.


C’est en quelque sorte l’ordre juste, pour reprendre l’expression de Ségolène Royal, qui s’impose. Les femmes et les hommes se déplacent de plus en plus. Nous sommes dans un monde ouvert, avec ses nombreux avantages et ses dérives. Face à l’extrémisme nationaliste qui voudrait fermer les frontières et revenir au passé, il est préférable d’assurer des règles. C’est dans ce sens que se battent les socialistes, pour permettre une plus forte régulation des échanges mondiaux. C’est un combat politique de toute importance.


Avec la croissance des déplacements de salariés en Europe, Il fallait encadrer et réglementer ces déplacements pour éviter l’exploitation des salariés, et mettre fin au dumping social. En 1996, une première réglementation permettait de réguler ces déplacements en imposant le salaire et les conditions de travail aux travailleurs détachés dans un pays. Un ouvrier venu de Roumanie, de Pologne, des pays de l’Europe de l’Est ou du Sud doit toucher le même salaire que l’ouvrier en France pour éviter la concurrence salariale. Mais des abus, faute de contrôles suffisants, se sont développés. Il convenait d’y mettre un terme.


L’Europe sociale s’affirme et contrôle les Etats. Les mesures de contrôle de ces emplois, prises par les Etats, devront être suffisantes et seront sous la surveillance de l’Europe.


François Hollande voulait la réorientation de l’Europe, il réussit peu à peu à imposer de nouvelles règles et redonner le sens du progrès humain. C’est un beau résultat. Après une présidence tout en paillette devant les médias, avec Nicolas Sarkozy, les Françaises et les Français découvrent une présidence au travail. C’est moins  brillant, ça fait moins de bruit, ça ne bouge pas partout, mais pas à pas le travail porte ses fruits.


Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article