"Les défaites, soit ça assomme, soit ça réveille" Roosevelt

Publié le 31 Mars 2014

sego.jpgSégolène Royal appelle au sursaut et veut « un gouvernement de combat, collectif, au service du pays ».


S’il ne s’agit pas de minimiser la défaite et la responsabilité du pouvoir, « la sanction est particulièrement sévère » déclare-t-elle,  il ne s’agit surtout pas de baisser les bras, et la socialiste de reprendre une citation de Roosevelt : « les défaites soit ça assomme, soit ça réveille ».

Il s’agit donc bien de se réveiller, car pour la socialiste il faut voir ce vote comme « un vote positif, c’est-à-dire une demande ».


C’est le retour de Ségolène Royal qui a toujours prôné et incarné un volontarisme politique, parfois trop fort, c’est ce qu’on lui a reproché, mais toujours battant pour réveiller la France et se porter vers l’avenir. Car la France selon la socialiste a les talents pour se réveiller, « la France a les moyens de répondre ».


Pour répondre à la demande des électrices et des électeurs, Ségolène Royal, première femme  candidate au deuxième tour de la présidentielle en France, met sur la table des propositions pour réveiller le pays après cette défaite de la gauche et la montée de l’abstention.

Ségolène Royal veut « y voir clair » pour permettre aux françaises et aux français de suivre la ligne politique et l’engagement du gouvernement. C’est sans doute le premier échec du gouvernement. L’orientation, l’engagement, la mobilisation manquent de visibilité. On ne dirige pas un pays sans être compris pour faire participer les citoyennes et les citoyens aux efforts demandés.

Dans cette bataille économique mondiale, la France a en effet les moyens de réagir. Mais pour cela la socialiste, comme le Président de la République, ont conscience de l’importance de redonner de l’oxygène pour permettre de renforcer l’initiative individuelle. Ségolène Royal veut une baisse des impôts.


Certains prônent un changement de cap, en pleine bataille, car les résultats ne sont pas au rendez-vous. La socialiste au contraire veut un renforcement de l’engagement dans la bataille économique mondiale en profitant des forces de la France. L’emprunt des mots de Roosevelt, qui avait dû relever le défi de la crise de 1929, n’est pas neutre. Forte d’un attachement au rôle de l’Etat, contre les politiques libérales de la droite ou de l’extrême droite, la socialise entend relever le défi et réveiller la France.

 

Sans nul doute, cette femme de combat, peut servir la France.


Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article