P.S : la gauche réformiste et fière de l’être !

Publié le 17 Juin 2014

14240894060_fffced30e6_z.jpgLa Premier ministre, Manuel Valls, ovationné au Conseil national du Parti socialiste, samedi à Paris, après son intervention, c’est un signe qui ne trompe pas !

 

Face à une droite sans projet, face à une extrême-droite profitant de la peur de la transformation du monde, le Premier ministre s’est montré déterminé à relancer la gauche qui ne doit pas mourir.

Manuel Valls veut une gauche réaliste qui n’a pas peur de se « confronter à la réalité ».

Une gauche solidement ancrée dans les valeurs de la République, lucide sur la situation du monde, volontariste pour un Etat qui joue pleinement son rôle.

« Agir, agir, maintenant ! » lance le Premier ministre pour une gauche clairement réformiste.

 

Les militantes et les militants présents samedi ont largement soutenu le Premier ministre. Il faut dire que beaucoup d’entre eux sont lassés des attaques et de l’attitude de certains d’entre eux qui voudraient se parer des couleurs « plus à gauche » … Ces quelques-uns sont prêts à tout dans leur stratégie de conquête : jusqu’à utiliser les termes les plus indignes, jusqu’à vouloir bousculer les échéances et préparer des primaires …

Il est temps, il est grand temps que les voix se lèvent pour dire ça suffit !

 

Le Premier secrétaire du Parti Socialiste, Jean-Christophe Cambadélis lance les états généraux du Parti Socialiste qui se tiendront en décembre.


Il est temps, après les attaques continuelles lancées par certains, d’entendre celles et ceux qui veulent défendre une gauche réformiste, consciente des mutations actuelles du monde, refusant la voie de l’aventure, résolue à se battre pour faire de la France, ce pays où il fait bon vivre ensemble.

Ce pays de la liberté, cette France qui n’a pas peur du monde, bien au contraire, cette France d’avenir de la transition écologique, cette France juste qui donne à chacun les moyens de s’épanouir, cette France solidaire qui sait se donner pour soutenir celles et ceux qui sont en difficulté.

 

L’avenir de la gauche c’est l’unité dans le respect de ses composantes. Le Parti Socialiste n’est pas l’extrême gauche, le Parti Socialiste c’est une voie réformiste clairement soutenue. Nous sommes réformistes et nous sommes fiers de l’être !


 

Philippe Allard

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Maurice Casna 17/06/2014 12:37

Philippe,
Quand j''ai lu cet article en faveur de Manuel Valls et Jean Christophe Cambadélis, qui vient de reconnaître que le PS avait perdu 25000 adhérents, je n'en revenais pas.
Si, pour toi, être réformiste, c'est mener la même politique économique de N. Sarkozy qui est un désastre, c'est renier ses engagements pris pendant la campagne électorale, renoncer ou reporter un
projet de loi au moindre obstacle, nommer un chiraquien, qui a voté contre toutes les avancées sociétales, comme défenseur des droits, prendre des conseillers et conseillères venant des milieux
financiers et bancaires, nommé secrétaire général de l'Elysée un ancien ministre de Sarkozy parce que c'est un ami, nommer à des postes des camarades de sa promotion de l'ENA, fustiger les
grévistes alors que, dans l'opposition vous les souteniez, et, qu'en 2017, la gauche a de très fortes chances de retourner dans l'opposition et pour longtemps parce qu'elle aura perdu toute
crédibilité, c'est que nous sommes devenus adversaires politiques, que nos chemins divergent. Alors, je me désabonne de ta lettre et te dit au revoir.