P.S : quel Congrès en 2015 ?

Publié le 11 Décembre 2014

congres.jpg  Le Congrès c’est le moment pour les socialistes de fixer une ligne politique claire  et permettre ainsi aux Françaises et aux Français de connaître l’engagement des socialistes. Un Congrès ne doit pas se réduire à des batailles stratégiques internes mais servir à préparer l’avenir car nous sommes un parti de gouvernement.

Lorsque les stratégies l’emportent sur la ligne politique, le Congrès est  inutile.

 

Quelle ligne politique défendre en 2015 ?

Le socialisme est aujourd’hui à un tournant de son histoire car il doit répondre à de nouveaux enjeux dans un monde en pleine transformation.

Baisser aujourd’hui la garde contre les ravages d’un capitalisme prédateur et triomphant serait une lourde erreur. Les peuples réclament plus de protection.

Se replier sur des discours et des solutions d’hier ne permettra pas de répondre aux enjeux actuels.

 

Lors de la campagne présidentielle de 2007 un vent nouveau s’est levé …

La candidate, Ségolène Royal, ouvrait de nouvelles pistes avec la démocratie participative, la transition écologique, l’ordre juste redonnant toute sa place à l’Etat régulateur et les signes républicains à la gauche. L’expression « la France métissée » permettait d’unir la nation dans la reconnaissance de sa diversité.

La candidate effrayait les éléphants du parti en renouvelant les thèmes de campagne et en ouvrant grand les portes et les fenêtres du Parti socialiste, les adhésions se multipliaient. Frayant un nouveau chemin, elle balayait d’un revers de main le déclinisme et redonnait espoir.

 

Et depuis quel espoir ?  

 

Empêtrés dans des luttes internes en réaction aux mesures gouvernementales, les socialistes gèrent le quotidien et oublient de regarder l’avenir. On ne sent plus de volonté de construire, de bâtir, d’inventer, de se projeter. Les querelles internes ennuient et n’apportent pas de souffle nouveau. On feuillette un livre d’histoire, le socialisme ne porte plus la voix d’avenir il conserve une mémoire vieillissante.

Le gouvernement gouverne certes et que font les socialistes ? Ils observent, commentent, se déchirent et puis rien d’autre …

 

Et pourtant il y a tant à faire pour construire un avenir …

 

C’est tout l’enjeu du prochain Congrès. Si le socialisme ne veut pas disparaître, il doit être capable de donner un désir d’avenir … Il nous faut nous adresser aux nouvelles générations, reconquérir un électorat qui s’éloigne, ne pas se limiter aux politiques économiques, ouvrir de nouvelles perspectives dans un monde qui bouge.

 

Philippe Allard

 

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article