Ségolène Royal : feu vert !

Publié le 19 Juin 2014

PHOaf29d29a-ba88-11e3-ae16-f636e6a2ed52-805x453.jpgDepuis le temps où l’on discute du sujet de la transition écologique, on se demandait s’il y aurait un jour une réelle politique, digne de ce nom, en ce domaine, pour sortir des discours et entrer dans l’action …. Soyons rassuré, maintenant c’est fait !


Prenant à bras le corps le dossier de la transition écologique, la ministre Ségolène Royal, en quelques mois, a su fixer le cap, lancer la réforme avec écoute et concertation, et mettre en œuvre les premières mesures concrètes avec la loi de programmation !

Si son volontarisme n’était plus à démontrer, là, elle fait fort, très fort, obtenant, malgré des sujets de tension, un consensus quasi général ! 

Le chantier lancé est considérable pour un changement de modèle. Les enjeux fondamentaux s’appuient sur quatre piliers essentiels :

 

1 – Un enjeu écologique pour la réduction des gaz à effet de serre. Nous sommes dans un monde en développement, de plus en plus de pays consomment des énergies. Ce nouveau modèle est donc une nécessité pour la survie de la planète. Mais il ne suffisait pas de le dire et de rester aux incantations, il fallait le faire !


2 – Un enjeu énergétique pour diversifier les sources d’énergie et renforcer les énergies propres car comme le dit la ministre «n’opposons pas les énergies les unes aux autres ». Au-delà des bonnes intentions, il fallait proposer une politique volontaire, avec des perspectives réalistes car comme le déclare la socialiste « fermer un réacteur ce n’est pas juste tourner un bouton ».


3 – Un enjeu économique majeur car ce sont des secteurs nombreux et nouveaux qui vont profiter de cette mutation. Cela conduira à la création de très nombreux emplois ne serait-ce que dans le bâtiment pour les travaux d’isolation. Et cela n’est qu’un exemple car les filières de développement sont nombreuses pour assurer la transition écologique.


4 – Un enjeu social, ce fut depuis l’origine la ligne tracée par Ségolène Royal,  car pour la socialiste, chantre de la démocratie participative, il ne faut pas une écologie punitive. Cette mutation n’a d’intérêt que si elle sert l’ensemble des populations. De nouvelles taxes ne permettraient pas de mettre en mouvement la société. Or pour permettre réellement cette mutation, la ministre veut mettre en mouvement l’ensemble de la société : l’Etat, les territoires et les citoyens.

Ainsi, en quelques mois, Ségolène Royal a réussi à faire de la transition écologique un axe principal de l’action gouvernementale. Pour cela, elle a su sortir des positionnements idéologiques, pour rechercher avec mesure et détermination les solutions réalistes et efficaces.


Quand certains s’interrogent aujourd’hui sur ce qu’est une politique de gauche, Ségolène Royal, sans entrer dans l’arène des petites batailles, ouvre simplement le chemin.
La gauche c’est tout simplement le refus du conformisme, de l’immobilisme et du conservatisme. La gauche c’est un volontarisme réaliste et réformiste pour faire avancer la société et permettre le progrès pour tous.


Bravo Madame !


Philippe Allard

 

 

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article