Valls réenchante le socialisme républicain !

Publié le 31 Août 2014

14905671949_616357bbdf_n.jpgLa gauche de la gauche dans une manœuvre politique voulait enfermer, cloisonner, enchaîner le Premier ministre, Manuel Valls, dans une posture droitière du type social-libéral.


Mais c’était sans compter sur la force de l’engagement de l’intéressé. Dans un discours époustouflant, en clôture des Universités d’été du Parti socialiste à la Rochelle, le jeune lion a réussi à se défaire de ses chaînes … A la force des mots, vibrants, énergiques, engagés, dignes et émouvants aussi parfois dans le timbre de la voix, l’homme, n’a pas eu peur d’une fronde, fonçant avec son glaive du verbe, il a déjoué la manœuvre et réussi à imposer un sens, le sens de son engagement pour un socialisme républicain. 


Rappelant toutes les actions menées, l’Homme politique a démontré qu’en rien sa politique ne pouvait être qualifiée de politique d’austérité. La gauche et la droite mènent des politiques bien différentes. Son gouvernement agit pour la création d’emplois dans l’enseignement, pour préserver la culture, pour assurer la sécurité de tous les Françaises et les Français avec des postes de policiers et de gendarmes, pour les emplois d’avenir, pour l’augmentation du RSA, de l’allocation de rentrée scolaire et des bourses pour les étudiants. Ainsi, loin d’une politique d’austérité, le gouvernement de gauche utilise tous les moyens disponibles pour soutenir les familles les plus en difficulté. C’est en effet là l’essentiel, le Premier ministre a totalement raison. Contre celles et ceux qui voudraient nous affaiblir dans un débat économiste, Manuel Valls a su rappeler que ce sont les mesures concrètes qui font une politique économique, pas les divisions d’école. 


Surtout au-delà de ce débat, l’Homme rugissant a su le recentrer sur la question des valeurs. Qu’est-ce qui est fondamental à gauche si ce n’est le combat pour l’égalité, la justice et la laïcité.


D’où l’engagement volontaire, sans faiblir du Premier ministre pour l’école républicaine à qui il a confié la tâche à la première jeune femme ministre d’origine marocaine, force aussi d’engagement : Najat Vallaud-Belkacem, ovationnée à la Rochelle. Ce combat est en effet tellement essentiel.
Comment peut-on ainsi oublier ce qui fonde notre engagement ?. Etre de gauche, ce n’est en effet pas appartenir à une école pour économiste en herbe, mais bien de donner à chaque enfant de France, peu importe ses origines, les mêmes chances pour s’épanouir dans notre société et dans le monde d’aujourd’hui. Voilà la vraie gauche qui se bat pour tous les enfants de France.

Etre de gauche c’est se battre pour une France ouverte qui donne à chacun les mêmes droits, comme le dit le Premier ministre, « Moi, je ne connais que les politiques de citoyenneté. Celles qui font que, peu importe ses origines, sa couleur de peau, que l'on ait des ancêtres en France ou qu'on y réside depuis peu, on puisse être un citoyen à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs". Manuel Valls.


Etre de gauche c’est reconnaître à chacun le droit d’avoir ou non une religion, d’être reconnu et respecté dans notre société  du droit, c’est la laïcité républicaine.


Voilà pourquoi, le Premier ministre a su déjoué la manœuvre. On attendait une remise en cause d’une politique, Manuel Valls a su revenir à l’essentiel. L’essentiel pour un engagement de gauche, pour un socialisme républicain c’est la bataille pour nos valeurs d’égalité, de justice, de laïcité.  Bravo !


Philippe Allard

 

 

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Michel POITTEVIN 01/09/2014 11:39

Bonjour,
Même si ce discours est intéressant, je ne suis pas convaincu qu'il reflète la réalité de la politique actuelle du gouvernement, qui est tout de même assez proche de l'ultralibéralisme anglo-saxon
impulsé par la commission de Bruxelles. Pour y croire, il aurais juste fallu que quelqu'un ose demander à Manuel Valls ce qu'il pense du fait que, suite au versement de la première tranche des
crédits CICE, les dividendes servis par le CAC 40 ont bondi de 30%, battant ainsi un record mondial toutes catégorie? Cela me chagrine quelque peu que, sous un gouvernement "de gôche" mes impôts
filent directement fans la poche des actionnaires. Lorsque quelqu'un du gouvernement (pourquoi pas le président, on peut rêver) aura répondu à cette question, je recommencerai( peut être) à y
croire
Cordialement,
JMP