Publié le 30 Janvier 2013

Amoureux-GP.JPG 

Paris s’étale, Paris déborde. Une ville monde est apparue, faisant surgir d’innombrables problèmes pour la vie de ses habitants.

 

Comment organiser ce vaste espace urbain ?

 

Les communes sont beaucoup trop étroites, la région n’a pas toutes les compétences pour répondre aux problèmes d’aménagement. Alors quelle structure doit-on mettre en place pour répondre aux besoins d’aménagement de ce nouveau type d’espace, celui d’une métropole ?

 

Paris est un cas particulier, à l’échelle d’une ville monde, mais elle peut aussi devenir un modèle pour toutes les métropoles régionales. Car si le problème se pose à Paris, l’étalement de l’espace urbain et les problèmes d’aménagement de ces vastes espaces urbains se posent également à l’échelle des métropoles régionales.

 

L’enjeu est énorme ! Il s’agit de mettre en place une nouvelle structure. Comment gérer les problèmes de logement, de transport, de développement économique, d’accès à la culture, … sur ces vastes espaces ? Comment aménager ces territoires pour rendre plus égaux ses habitants ? Peut-on se passer d’une structure démocratique ?

 

Le sujet est passionnant, il ne doit pas être réservé aux experts et aux élus. Les militants du Parti Socialiste souhaitent être davantage associés au débat.

 

Vous souhaitez être informé, vous souhaitez donner votre avis sur la création de ce Grand Paris métropole. Nous vous invitons à participer à une réunion débat avec des experts, des élus et des militants socialistes le jeudi 14 février à Clichy.

 

Venez rejoindre les amoureux du Grand Paris.

 

Vous trouverez l'invitation sur le site : http://www.tousamoureuxdugrandparis.fr/

 

Philippe Allard

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2013

guillotine.jpgLa guerre est déclarée … Les riches n’ont plus de complexe depuis la période Sarkozy. Ils sont riches, ils entendent bien le montrer et accroître encore leur capital. Ils n’en ont pas assez les riches, il leur en faut plus. Pour cela, ils lancent leurs attaquent infâmes.

 

Les riches ferment les usines pour gagner plus, pour exploiter plus ailleurs. Allez cassez-vous ! C’est fermé et au chômage ! Vous n’êtes plus dans le coup, vous ne nous rapportez pas assez ! On trouve beaucoup mieux sur le marché … une main d’œuvre pas chère, docile et heureuse de trouver du boulot pour gagner rien ! Alors dehors …

 

Les riches menacent : il va falloir payer si vous voulez garder vos emplois ! Il va falloir travailler plus et gagner moins. Ça va être difficile, mais on s’y fait ! Il va falloir aussi accepter qu’on puisse vous virer facilement. C’est trop dur pour nous avec ces règles aujourd’hui. On n’y arrive pas, vous comprenez.  Et surtout, il faut montrer que vous nous aimez. On aime être aimé, nous les riches. Si non, on ferme tout et ce sera la misère pour vous ! Allez, il faut tout nous donner … il faut accepter de tout perdre ! On fait un vote ! Qui dit oui ?  Attention si c’est non, plus de boulot ! Super le choix ! Je n’aimerais pas être à votre place ! Mais c’est moi le riche. Hi ! hi ! hi !

 

Les riches détruisent pour répondre à leur avidité. Fini le progrès social maintenant c’est le temps de la régression sociale ! Fini l’Etat protecteur ! C’est bien trop cher pour les riches. Il n’en faut plus ! On va le détruire … peu à peu on démantèle. Ils payent trop d’impôts les riches, ce n’est pas raisonnable. La santé, l’école, la sécurité … et puis quoi encore ? Trop cher je vous dis. Trop cher tout cela. Il faut mieux répondre aux besoins des riches. Le luxe c’est hors de prix aujourd’hui… Or le luxe c’est nécessaire pour les riches. C’est comme ça qu’on les reconnaît et c’est bien normal. Allez moins d’Etat, toujours moins d’Etat.

 

Oui, il va falloir payer pour donner plus aux riches si on veut les garder ! Si non ils vont partir … ils s’en vont déjà. Ils quittent la France pour les paradis fiscaux. Non !  Nous, on ne veut pas perdre nos riches. Nous en avons besoin de nos riches. Ce sont nos riches à nous après tout. On veut les garder ! C’est vrai ça, c’est beau un riche, ça sent bon et ça fait de belles manières. Ils ont la peau lisse les riches et le teint halé. Ils sont bien coiffés et portent de beaux habits. On les voit parfois dans les magazines, les riches s’exposent et nous on aime bien les voir nos riches !

 

Allez, donnez de bon cœur aux riches, ils en ont besoin !

 

Il y a des jours comme ça, si on n’était pas si bien élevé, on se ferait bien un petit coup de guillotine !

 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 3 Janvier 2013

4050848377_5235f8c02c.jpgChère camarade,

Cher camarade,

 

L’année 2012 a été une année d’investissement militant avec les campagnes présidentielle et législative, et le Congrès des socialistes.

 

Avec la Contribution citoyenne puis la motion 4 nous avons pu faire entendre une autre voix, plus directe, plus militante.

Refusant un Parti Socialiste en arrière de l’action gouvernementale, nous avons porté une autre conception du Parti Socialiste, de son rôle avec la gauche au pouvoir.

Nous voulons un Parti de propositions, un Parti Socialiste capable de donner du sens car clair sur ses engagements. Il faut donc du débat démocratique et des décisions majoritaires fixant la ligne politique.

 

Recueillant 10000 voix, la motion 4 née d’une initiative militante a été la surprise de ce dernier Congrès.

 

Poursuivons donc ! Engageons-nous ! Osons plus loin, plus vite !  

 

Le changement ne doit pas être un simple slogan de campagne. L’Etat a un rôle fort à jouer contre les égoïsmes sans limite d’un petit nombre, pour soutenir les solidarités et pour lancer les dynamiques permettant de créer des emplois nouveaux. Nous soutenons une politique volontariste. 

 

Tous mes meilleurs vœux pour cette année 2013 ! Que notre force militante permette d’appuyer les réformes ambitieuses et de justice. Que nous soyons assez forts pour contrecarrer les forces conservatrices et les égoïsmes car chaque recul est une défaite pour nous tous. Les grandes réformes ne se feront pas sans nous, la gauche a besoin de notre engagement pour soutenir l’action du gouvernement.

 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2012

Segolene-Royal2.jpgDans ses combats politiques de ces dernières années, Ségolène Royal a su définir une ligne politique claire que l’on peut définir en quatre axes principaux. Celles et ceux qui ont voulu nuire à son action ont réussi parfois à lui barrer la route pour quelques temps, mais que faire face à une détermination, à une force de conviction ? La route est tracée …

 

Quatre axes pour donner du sens à gauche.

 

Un volontarisme assumé de l’Etat.

Ségolène Royal a une réelle culture de l’Etat ce qui manque parfois cruellement à une certaine gauche. Dans la mondialisation actuelle, où l’on s’interroge sur le rôle de cette structure politique, la socialiste a su affirmer un retour à l’action de l’Etat pour définir les grands axes, mener des politiques actives et donner du sens collectif. Ségolène Royal se situe dans cette tradition bien française concevant l’Etat acteur pour mener les grands travaux d’avenir. Un Etat également capable, avec autorité, de fixer les limites contre notamment un  capitalisme financier sans contrôle. Il faut de la volonté et du courage pour gouverner et elle n’en manque pas pour dire « non » aux excès servant le profit d’un petit nombre.

 

Une volonté d’entreprendre.

Ségolène Royal ne se situe pas à la gauche de la gauche, elle est tout simplement à gauche. Elle croît à l’initiative individuelle pour porter une société. Elle s’inscrit dans notre histoire qui a conduit des femmes et des hommes à refuser la résignation pour défendre leur liberté. Tout n’est pas que sens collectif, il faut donner aussi à l’individu sa place.  

Elle a un réel sens de l’entreprise, celle qui crée, celle qui innove. Pour aider ces entreprises, elle a défendu fermement la création d’une banque publique d’investissement. Mais une entreprise consciente de son rôle dans la société, soucieuse du progrès humain, c’est une grande vision de l’entreprise, une vision de gauche, servant le progrès et la justice sociale.

 

Une action régionale

Ségolène Royal est la plus girondine des jacobines … un sens de l’Etat affirmé mais une conception décentralisée de l’action. Pour créer les dynamiques, la socialiste a compris l’importance de sortir d’un centralisme réducteur. Tout ne peut pas se faire et se décider à Paris. En prenant la direction d’une région pour en faire un laboratoire des idées nouvelles, notamment dans le domaine de la transition écologique, Ségolène Royal a montré la route à prendre.

Un gouvernement moderne, dans ce monde global, doit montrer sa capacité à créer les dynamiques des territoires pour penser global et agir local. Cette dynamique à créer est fondamentale et impose de ne pas s’enfermer dans les palais parisiens de la République pour voir dans l’action quotidienne le travail de terrain des femmes et des hommes.

 

Une démocratie populaire et refondée

Les grandes réformes ne peuvent plus se faire sans écoute, dialogue et capacité à convaincre. Le temps des grandes constructions, des croyances idéologiques est passé. On ne gouverne plus un peuple en faisant croire qu’un monde meilleur est possible. Il faut donner du sens à l’action conduite. Il faut que les femmes et les hommes sentent dans leur vie quotidienne que l’action menée a un réel effet.

La démocratie est à nouveau une nouvelle frontière à conquérir. Les peuples du monde veulent davantage être associés aux décisions qui les concernent.

En portant la démocratie participative, Ségolène Royal a compris la mutation de nos sociétés, ici encore elle a ouvert la voie.

 

Alors, ségolèniste je le suis, ségoléniste je le reste … Le ségolénisme est en effet le socialisme le plus abouti pour le XXIème siècle. Il donne un sens à gauche.     

 

Philippe Allard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Allard

Repost 0